Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LES ELECTEURS SERBES N’ONT PAS L’INTENTION D’ECHANGER LE KOSOVO CONTRE L’ENTREE A L’UE

    Actualités
    URL courte
    0 2 0 0

    Les électeurs serbes n’ont pas l’intention d’échanger le Kosovo contre l’entrée à l’UE. Les bilans du premier tour des présidentielles qui ont eu lieu dimanche l’ont montré.

    Les électeurs serbes n’ont pas l’intention d’échanger le Kosovo contre l’entrée à l’UE. Les bilans du premier tour des présidentielles qui ont eu lieu dimanche l’ont montré.
    Suivant les données préalables, c’est le candidat du Parti radical serbe Tomislav Nikolic qui a gagné le premier tour. Plus de 39% d’électeurs ont voté pour lui. Son rival, le président actuel Boris Tadic a eu plus de 35% de voix. Les deux candidats continueront leur lutte dans le deuxième tour qui aura lieu début février.
    On s’attendait à ce que les deux politiques passent au second tour. Ce qui est inattendu, c’est le pourcentage élevés d’électeurs qui se sont rendus aux urnes, plus de 60%, et le soutien puissant à Tomislav Nikolic. Ni le parti radical serbe, ni ses candidats n’ont eu de résultats pareils aux législatives ou présidentielles depuis l’année 2000.
    Les politologues serbes lient cette tendance à la situation autour du Kosovo, province historique séparée pendant l’agression de l’OTAN en 1990. Les leaders de la communauté albanaise du Kosovo, soutenus par les Etats-Unis et les principales puissances de l’UE, menacent de proclamer l’indépendance. Voilà pourquoi ce scrutin était pour la Serbie le choix de son avenir, croit le politologue Pavel Kandel.
    Tadic et Nikolic apprécient de façon différente l’orientation de la politique étrangère serbe. Tadic et ses partisans se prononcent pour l’entrée de Serbie à l’UE, tant prêts à sacrifier le Kosovo. Tadic dit, il est vrai, que la Serbie ne reconnaitra jamais l’indépendance du Kosovo et qu’elle userait de tous les moyens politiques, diplomatiques et autres pour garder son intégrité territoriale. Mais il veut, en même temps, poursuivre le processus de rapprochement avec l’Union Européenne qui prône l’indépendance du Kosovo. Pour ce qui est de Nikolic, il trouve que la coopération de Serbie avec l’UE ne peut pas se poursuivre en même temps que la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo par l’UE. Ce dernier doit choisir : soit il reconnait l’indépendance du Kosovo, soit il admet la Serbie dans ses rangs. Nikolic se prononce pour un développement actif des relations avec la Russie et la Chine qui soutiennent la Serbie dans la lutte pour la sauvegarde de la souveraineté et l’intégrité territoriale.
    Lequel des candidats gagnera le deuxième tour des élections présidentielles ? Cela dépendra, pour beaucoup, des voix des partisans du parti démocratique serbe dont le candidat a reçu près de 8% des voix aux élections.



    Lire aussi:

    L’UE débloque 2 M EUR pour une campagne d’information en Serbie. Dans quel but?
    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Pourquoi ce qui a été autorisé pour le Kosovo ne l’est-il pas pour la Catalogne?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik