Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA RUSSIE PARTICIPERA ACTIVEMENT AU DEVELOPPEMENT GLOBAL

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    L’intervention du premier vice-Premier ministre et candidat à la présidence russe Dmitri Medvedev au deuxième Forum national civil a suscité un grand intérêt dans le monde. Notre observateur politique Victor Ienikéev écrit à ce propos.

    L’intervention du premier vice-Premier ministre et candidat à la présidence russe Dmitri Medvedev au deuxième Forum national civil a suscité un grand intérêt dans le monde. Notre observateur politique Victor Ienikéev écrit à ce propos.
    Une telle réaction à cette intervention de M.Medvedev est tout à fait compréhensible. Puisque c’était son premier discours aussi long, de trente minutes, dans lequel il a présenté sa vision des problèmes nationaux et internationaux. Car les hommes politiques et observateurs étrangers savent que cet homme a le plus de chances d’être élu président de Russie au scrutin du 2 mars. Soutenu par le président sortant Vladimir Poutine et par quatre principaux partis du pays, Dmitri Medvedev est dès à présent crédité de 60 % des intentions de vote, selon les résultats des sondages.
    Le candidat au poste de président de Russie a confirmé l’intention de continuer la ligne de M.Poutine. Il a dit que le pays avait besoin des années de développement durable dans le calme, dont il était privé au siècle dernier. Cela lui permettrait de se ranger dans dix ans parmi les cinq pays les plus évolués du monde. M.Medvedev a noté être partisan d’un Etat fort et juste, fondé sur les principes de démocratie et d’économie de marché. Il a évoqué la portée du rôle actif de la société civile.
    En politique extérieure l’accent a été mis sur ce que la Russie poursuivrait une ligne active et indépendante lors de la formation de l’ordre du jour global. Tant concernant l’espace post-soviétique que du reste du monde. Elle se basera sur l’observation de la Charte de l’ONU, du droit international et des normes du développement démocratique. M.Medvedev a estimé que son pays devait avoir plus d’alliés dans le monde. Pour cette raison il considère indispensable d’expliquer honnêtement et clairement la position de Moscou sur tels ou tels autres sujets. Ceci touche, d’ailleurs, aussi les pays dits à problèmes, qu’il n’a pas il est vrai nommés. Tous ont cependant compris qu’il avait en vue l’Iran et la RDPC avec leurs programmes nucléaires. Le candidat à la présidence a relevé que le dialogue avec eux était autrement plus fructueux que des « bombardements en tapis ». M.Medvedev a déclaré que la Russie était ouverte au dialogue et à la coopération avec la communauté mondiale. On peut s’accorder avec l’agence Reuter qui a qualifié ce discours de pondéré et même de réconciliant. Notons à ce propos que la Russie ne s’est querellé avec personne et n’entend pas le faire à l’avenir.
    C’était l’opinion de notre observateur politique Viktor Ienikéev.

    Lire aussi:

    Confucius, hautes technologies et cuisine chinoise: le Premier ministre russe en Chine
    Une super-intelligence artificielle pourrait usurper le pouvoir des hommes
    Medvedev: la Russie renoue avec la croissance
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik