Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LE PROBLEME DE NON-CITOYENNETE DANS LES PAYS BALTES EST SANS PRECEDENT POUR L’EUROPE CONTEMPORAINE

    Actualités
    URL courte
    0 3 0 0

    La population russophone fait l’objet de discrimination dans les pays baltes, ce qui a été signalé par le Ministère russe des Affaires étrangères au Haut commissaire de l’OSCE aux minorités nationales Knut Vollebaek au cours de ses consultations à Moscou.

    La population russophone fait l’objet de discrimination dans les pays baltes, ce qui a été signalé par le Ministère russe des Affaires étrangères au Haut commissaire de l’OSCE aux minorités nationales Knut Vollebaek au cours de ses consultations à Moscou. Le problème de « non-citoyenneté » des habitants d’Estonie et de Lettonie est sans précédent pour l’Europe contemporaine, estime le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Iakovenko :

    Les pays baltes, qui ont reçu l’indépendance il y a 16 ans et qui sont aujourd’hui membres de l’OTAN et de l’UE, ne sont toujours pas parvenus à surmonter le syndrome de russophobie. Aussi des centaines de milliers de Russophones qui y vivent sont privés de droits démocratiques élémentaires. Ils sont considérés comme des parias et ne font même pas partie des minorités nationales, puisqu’ils n’ont pas de citoyenneté. En Estonie, ils sont environ 38O mille, soit 16% de la population. Cela ne s’inscrit pas dans les normes européennes, a déclaré Alexandre Iakovenko au sujet de la situation des ressortissants de la Russie et d’autres républiques de l’ex-URSS.
    ( )
    Ils sont complètement écartés de la vie politique, privés de droits électoraux et ne peuvent donc pas participer aux élections législatives et municipales. Ils ne jouissent pas non plus de plusieurs droits socio-économiques.
    Même s’ils reçoivent la citoyenneté, ils continuent à faire l’objet de discrimination, note Iakovenko.
    ( )
    Des interdits professionnels, qui sont une trentaine, leur sont imposés. Ils ne peuvent notamment occuper des postes de direction dans les organes du pouvoir public.
    Les Russophones des pays baltes ne peuvent pas suivre l’enseignement dans leur langue maternelle, sous prétexte d’accélérer leur assimilation.
    Moscou a rappelé à l’émissaire européen que pour redresser la situation, il suffit d’enjoindre aux pays baltes de remplir les recommandations du Conseil de l’Europe , à savoir : accorder la citoyenneté aux enfants des non-citoyens qui y ont vu le jour ; débarrasser les personnes âgées des examens de langue officielle ; remédier à la pénurie de spécialistes pour les écoles russophones. Mais les structures européennes devraient surtout exiger des pays baltes de respecter les droits humains élémentaires et de ne pas se montrer indulgents envers les comportements revanchards des nouveaux membres de l’UE.

    Lire aussi:

    Le Sénat russe approuve la loi sur la déchéance de citoyenneté pour terrorisme
    Le Parlement européen veut instaurer des sanctions contre les marches nazies
    Des euro-députés exigent de sanctionner les pays baltes pour leur soutien au néo-nazisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik