Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA RUSSIE ENTEND DEFENDRE AVEC ESPRIT DE SUITE SES INTERETS NATIONAUX EN ARCTIQUE

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le Conseil national de Sécurité a axé sa réunion régulière sur la défense des intérêts nationaux de la Russie en Arctique.

    Le Conseil national de Sécurité a axé sa réunion régulière sur la défense des intérêts nationaux de la Russie en Arctique. La veille son secrétaire Nikolaï Patrouchev a dit que cette région devait devenir la principale base stratégique de ressources de la Russie.
    Et c’est parfaitement logique, vu que les spécialistes évaluent à environ un quart des réserves globales la proportion des hydrocarbures concentrés dans le seul secteur russe de l’Arctique. Ici sur le plateau continental dans l’Océan Glacial Arctique se trouvent de richissimes gisements de métaux, dont précieux. Les eaux de cet océan sont extrêmement riches en ressources biologiques de valeur. Rien d’étonnant que les Etats arctiques, qui à part la Russie groupent les Etats-Unis, le Canada, la Norvège et le Danemark, s’intéressent énormément ces temps-ci aux questions touchant le renforcement de leur présence et la mise en valeur des richesses naturelles de cette région, y compris dans la zone revendiquée par la Russie. L’Arctique focalise une attention toute spéciale après une série d’expéditions des chercheurs russes, ayant en fait rassemblé des preuves de ce que notre pays était parfaitement en droit de prétendre à une partie du fond océanique, se prolongeant vers le Pôle Nord. Leurs investigations ont confirmé que les zones en question étaient géologiquement liées à la plateforme continentale de la Sibérie. Et constituaient, en conséquence, aux termes de la Convention de l’ONU sur le droit maritime la zone économique de la Russie.
    Il est vrai que de pareilles revendications sont formulées aussi par d’autres Etats polaires, préparant le terrain à une éventuelle contestation des droits au plateau continental de l’Océan Glacial Arctique. Qui plus est, en plus d’intensifier des travaux de recherche proprement dits dans cette région, ils renforcent ici leur présence militaire. Voici ce que Nikolaï Patrouchev a déclaré à ce propos à la récente réunion du Conseil de Sécurité de Russie, tenue dans l’archipel arctique François-Joseph.
    Bien des pays manifestent de l’intérêt sérieux pour l’Arctique et y développent leur infrastructure. Ils ne se contentent pas d’essayer d’extraire des minerais, dont les gisements sont très riches, mais aménagent également leurs bases militaires. A moins d’entreprendre des démarches énergiques, nous risquons de perdre du temps, qu’il sera difficile de rattraper par la suite. On nous évincera de cette zone.
    Certes tous les Etats, prétendant aux richesses de l’Arctique, sont en droit de faire valoir leurs intérêts nationaux. Il importe, toutefois, que tous les Etats s’en tiennent rigoureusement aux normes internationales en vigueur, avant tout à la Convention de l’ONU sur le droit maritime de 1982 pour régler leurs différends. Je rappelle à ce propos qu’à leur conférence fin mai en Groenland cinq pays du bassin Arctique ont réaffirmé leur intention de coopérer dans la région précisément sur cette base. A présent le principal est d’appliquer cette déclaration.

    Lire aussi:

    Une guerre très froide: les USA perdraient-ils la confrontation en Arctique?
    La Russie aura deux sites militaires stratégiques en Arctique d’ici la fin de l’année
    La Chine met le cap sur l'Arctique - avec la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik