Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LE DIALOGUE DE RECONCILIATION INTERPALESTINIEN EST LE SEUL ESPOIR DES PALESTINIENS

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Les négociations interpalestiniennes commencent aujourd’hui au Caire. Les deux principales factions Fath et Hamas sont tombées d’accord pour arrêter les accusations réciproques et libérer les prisonniers politiques.

    Les négociations interpalestiniennes commencent aujourd’hui au Caire. Les deux principales factions Fath et Hamas sont tombées d’accord pour arrêter les accusations réciproques et libérer les prisonniers politiques. Le chef de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en visite en Suède, a exprimé l’espoir qu’un dialogue de réconciliation qui déboucherait sur la formation d’un gouvernement de coalition est le seul espoir des Palestiniens.
    Les négociations au Caire sont devenues possibles grâce aux efforts de médiation du chef du service de renseignements Omar Souleiman. A la demande du président Hosni Moubarak, il s’est engagé de mettre les factions palestiniennes en confrontation à la table de négociations. Plusieurs mois de recherche d’un compromis ont donné lieu à l’espoir.
    L’Egypte qui joue un rôle très important dans le processus de paix au Proche-Orient est très intéressée à la formation d’un Etat palestinien indépendant. La division de la Palestine en Cisjordanie, contrôlée par les partisans d’Abbas du Fath, et la bande de Gaza, où les radicaux ont pris le pouvoir et ont déclenché la guerre civile, a pratiquement enterré l’espoir de la souveraineté. Cette situation versait de l’eau sur le moulin des Israéliens qui faisant semblants de négocier. En réalité, ils reposaient sur leurs principes à savoir : le progrès est possible seulement au cas où l’Etat hébreux aura reçu les garanties de la sécurité et Abbas contrôlera tout le territoire palestinien. La situation avait l’air d’un cercle vicieux. L’orientaliste Irina Zviaguelskaia a attiré l’attention sur ce fait lors d’une interview accordée à la Voix de la Russie :
    Il n’y a pas de relations normales entre Hamas et Fath après tout se qui s’était passé. C’est la raison pour laquelle, peut-on dire, Israel se refuse à poursuivre les négociations. Opposés par les différends, les Palestiniens, du reste, ne sont guère prêts aux négociations.
    Ce n’est pas un secret que les Israéliens étaient intéressés à empêcher les Palestiniens de se mettre d’accord. C’est devenu, par contre, une affaire de principe pour les Egyptiens. Il y a lieu à croire qu’ils ont réussi. Outre les représentants de Fath et de Hamas, les leaders des partis radicaux « Jihad islamique », les Fronts populaire et démocratique de libération de la Palestine sont arrivés au Caire. La présence des Palestiniens représentant des milieux intellectuels et d’affaires, des organisations publiques et des confessions est très importante à cet effet. Les discussions visent à faire tout pour former un gouvernement de coalition qui rétablisse la bande de Gaza et prépare les élections parlementaires et présidentielles sur les territoires palestiniens. Réconciliés, les Palestiniens pourront participer aux forums internationaux en tant qu’une seule délégation. A commencer par la Conférence sur le Proche-Orient qui se déroulera dans la première moitié de cette année à Moscou et se penchera, avant tout, sur le problème de la formation d’un Etat palestinien.

    Lire aussi:

    Le plan de paix US n’est pas le «deal du siècle» mais la «gifle du siècle»
    Poutine: la Palestine et Israël doivent combattre ensemble le terrorisme
    Transfert de l’ambassade US à Jérusalem: la Palestine rappelle son ambassadeur aux USA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik