Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    POUR LA RUSSIE, LA SOLUTION DU PROBLEME DE L’IRAK PASSE PAR LE DIALOGUE ET LE COMPROMIS INTER IRAKIEN

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le problème de l’Irak ne sera pas résolu sans le dialogue et le compromis inter-irakien, a déclaré le représentant de la Russie à l’ONU Vitali Tchourkine au Conseil de sécurité.

    Le problème de l’Irak ne sera pas résolu sans le dialogue et le compromis inter-irakien, a déclaré le représentant de la Russie à l’ONU Vitali Tchourkine au Conseil de sécurité.
    La question du développement d’après-guerre en Irak est de grande actualité de nos jours. Le président des Etats-Unis Barack Obama a déclaré jeudi que son administration était prête à réduire les dépenses à la campagne irakienne dès l’exercice prochain et de retirer les unités américaines de l’Irak vers août 2O1O. Après ce retrait, entre 3O et 5O mille soldats américains resteront dans ce pays pour former les forces irakiennes de sécurité et les appuyer en cas d’opérations armées. Ces unités auront également à quitter ce pays vers la fin de 2O11, comme le stipule l’accord signé par Washington et Bagdad en novembre dernier.
    Par conséquent, après le retrait des Américains les Irakiens répondront eux mêmes de leur sort. Cette responsabilité incombera en tout premier lieu au gouvernement national et aux partis politiques, qui ont pris l’habitude de s’aligner sur les pouvoirs d’occupation. L’avenir du pays dépend à bien des égards de leur aptitude à se mettre d’accord et à surmonter les divergences et la confrontation actuelle, ce qui parait assez difficile , estime Vitali Naoumkine, expert de l’Institut d’études orientales :

    L’occupation américaine a déstabilisé la situation en Irak, perturbé l’évolution normale de la société irakienne. Les problèmes interethniques, interreligieux et interconfessionnels et les problèmes liés aux contradictions et aux intérêts des voisins les plus proches de l’Irak seront encore longtemps à l’origine de cette instabilité, et la présence des troupes étrangères continuera à exercer une influence négative sur la société irakienne.
    Le problème irakien ne pourra être réglé que dans le cadre d’un processus politique global, ce qui veut dire que le dialogue inter irakien doit remplacer les tentatives d’imposer de l’extérieur les schémas de démocratisation de la société irakienne. Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra chercher des solutions, susceptibles d’aboutir à la concorde nationale, au maintien de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’Irak, a déclaré Vitali Tchourkine. Cela concerne notamment la délimitation des prérogatives entre le centre et les régions et l’apport à la Constitution de changements concertés, permettant aux représentants de toutes les communautés de participer à la gestion des affaires publiques.
    Selon Vitali Tchourkine, la solution des problèmes explosifs est tout aussi importante. Il s’agit des violences dont les organes de sécurité font usage contre les citoyens, de la situation dans les prisons et les lieux de détention. Les carences dans ces domaines alimentent les flambées de haine intercommunautaire et l’activité des terroristes.

    Lire aussi:

    Quel avenir pour l’Irak après la libération de Mossoul?
    L’Irak veut voir les entreprises russes participer à la reconstruction du pays
    Le Kurdistan irakien prêt à «geler les résultats» du référendum d’indépendance
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik