Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA COUR DE TARASCON A DECIDE DU SORT DE LA PETITE ELISE BELENKAYA

    Actualités
    URL courte
    0 10

    La cour de Tarascon a décidé du sort de la petite Elise Belenkaya, ayant confié au père français la garde de la fille de la citoyenne de Russie Irina Belenkaya.

    La cour de Tarascon a décidé du sort de la petite Elise Belenkaya, ayant confié au père français la garde de la fille de la citoyenne de Russie Irina Belenkaya. Selon le verdict, la mère de l’enfant, Irina Belenkaya, ne pourra voir sa fille que trois fois par mois, la présence du père n’étatnt pas obligatoire.
    Les parents de la petite Elise3 ans, le Français Jean-Michel André et la Russe Irina Belenkaya, l’ont volée l’un à l’autre trois fois. Pour la dernière fois, cela a eu lieu en France, les ravisseurs inconnus ont passé à tabac le père. André affirmait avoir reconnu la mère de la fillette parmi eux. La France avait établi un mandat international de recherche, et la mère et la fille ont été arrêtées en Hongrie, près de la frontière ukrainienne. Irina a été extradée en la France et la petite Elise – redonnée à son père.
    L’histoire de la fillette a eu une grande résonnance publique. Le consulat de Russie en France et la Chambre Civile ont dû intervenir. Grace aux efforts des avocats, Irina Belenkaya et Jean-Michel André semblaient avoir convenu sur une solution à l’amiable. Mais le verdict de la cour de Tarascon n’arrange pas Irina :

    La juge a décidé que la fillette devait se contenter de voir sa mère trois fois par mois. Nous allons essayer, bien sûr, de faire appel. J’étais prête à quelque chose de ce genre. Pendant nos rencontres, mon ex-époux contrôle totalement le comportement d’Elise. Je ne peux pas dire que je garde un bon contact avec ma fille, car nous n’avons pu communiquer comme il faut que deux fois. La dernière fois, c’était dans un commissariat de police, om je suis venue pour déposer une déclaration contre M. André.
    Selon l’avocat d’ Irina Belenkaya , la cour a permis à la mère de voir sa fille dans un lieu spécial. L’exigence du père – être présent à ces rencontres – était déclinée par la cour. Les avocats d’Irina vont faire appel. Ils pensent que les droits de la mère pour voir sa fille limités par la cour de Tarascon, peuvent être élargis. Ils sont certains que les parents doivent avoir le même droit de garde de leur enfant.


    Lire aussi:

    Une Russe sur le siège de Deir ez-Zor: «Tous les chats et chiens ont été mangés»
    Une photo de son enfance l’aide à retrouver son amoureuse 25 ans plus tard
    Les jeunes filles de l’Union soviétique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik