Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LE PRESIDENT NE SOUFFRE PAS QUE LE PETIT BUSINESS SOIT TELLEMENT HARCELE

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le président de Russie a exigé que les fonctionnaires cessent d’harceler la petite entreprise.

    Le président de Russie a exigé que les fonctionnaires cessent d’harceler la petite entreprise. Comme l’écrit le journal « Novyé Izvestia », le fait que les services touchant la délivrance d’un agrément ou d’un régime d’habilitation soient dans la plupart des cas payants, mais encore très chers et monopoleurs, est devenu un véritable piège pour les hommes d’affaires. Même aux entreprises n’employant que 5-6 ouvriers on exige des sommes énormes pour la mise en place d’un régime d’habilitation. « Bientôt tout déplacement d’un fonctionnaire sera passible d’un payement », a constaté Dimitri Medvedev. Les entrepreneurs ont cité des exemples. Ainsi, aux usines de pain ont demande 600 000 roubles contre une licence concernant l’explosibilité. On dit que des fois la farine explose, bien qu’on ne sache pas de cas pareils. Les inspections effleurent l’absurde. « Novyé Izvestia » mentionne un exemple. En visitant un magasin, les agents de milice y ont vu un fromage du genre roquefort et ont retiré tout le lot de ce fromage, le considérant abimé. Il s’est avéré par la suite que c’était un bleu français.

    Le journal « Vremia novosteï » écrit que tous les douze mois après l’agression géorgienne contre l’Ossétie du Sud, la Russie essayait de prouver à la communauté mondiale qu’elle n’avait préparé aucune agression contre la Géorgie. C’est ce que disait à nouveau le porte-parole de l’Etat-major général russe, citant des documents géorgiens, découverts au cours des hostilités. Certains matériaux des militaires géorgiens sont datés déjà de 2004. L’Etat-major général russe coopère avec la mission de l’Union Européenne. A cette étape les parties russe et géorgienne fournissent leurs listes de documents. Tout n’y s’accorde pas, loin de là. Les militaires russes ont présenté, par exemple, un ordre secret rédigé d’après les standards de l’OTAN, du commandant de la 4e brigade d’infanterie géorgienne, déployée à l’est de Tbilissi. Il permet de comprendre la succession des tâches fixées pour s’emparer de l’Ossétie du Sud en espace de 72 heures, écrit le périodique « Vremia novosteï ».

    La Russie s’acquittera définitivement de la dette commerciale soviétique vers la fin de l’année, annonce le quotidien « Kommersant ». A cette datte, indique-t-on au ministère des Finances, on remboursera sur instruction du Premier ministre Vladimir Poutine les 34 millions de $ qui restent à payer au Club de Londres pour mettre ainsi un point final à l’histoire de la dette d’Etat de l’URSS. Le Club de Londres est une institution internationale, groupant quelque 600 banques commerciales privées des pays industrialisés, a été créé au milieu des années 70 du siècle dernier, afin de résoudre les problèmes d’insolvabilité des pays en développement sur le plan des emprunts extérieurs. « Kommersant » rappelle qu’il est question de la dette soviétique à des banques privées pour des crédits, octroyés avant fin 1991.
    Les sous-marins russes ont alarmé les Etats-Unis, écrit « Nezavissimaïa gazeta ». Selon les experts américains, ils ne sont pas allés aussi loin depuis la guerre froide. Il est question des submersibles nucléaires (« Requin », selon la classification de l’OTAN). Les militaires américains ont reconnu ne pas avoir pu déterminer l’itinéraire des sous-marins russes, mais ont exprimé la certitude qu’ils se trouvaient dans les eaux internationales au large des côtes des Etats-Unis. « Si la marine russe entreprend quelque chose d’extraordinaire, cela ne peut ne pas inquiéter », a-t-on déclaré au Pentagone. Le commandement de la flotte russe a exprimé son étonnement. « Nos submersibles n’ont jamais cessé de patrouiller en Océan mondial », a déclaré un porte-parole de l’Etat-major général de la Marine de guerre de Russie. De plus, souligne « Nezavissimaïa gazeta », la présence des sous-marins américains à proximité des eaux territoriales russes est régulièrement enregistrée. Et même si dans les années 90 du siècle dernier leurs activités ont diminué, elles ne s’arrêtaient jamais complètement.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik