Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Moscou et Ankara aménagent un « échangeur » énergétique

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    « Une visite historique », « des projets grandioses », écrivent les médias turcs en commentant la visite du premier ministre russe Vladimir Poutine à Ankara.

    « Une visite historique », « des projets grandioses », écrivent les médias turcs en commentant la visite du premier ministre russe Vladimir Poutine à Ankara. Il a été prévu de rétablir à l’issue de la visite l’équilibre énergétique dans le triangle « Caucase – Asie centrale – Europe ». Les accords signés constituent un apport substantiel des deux pays à la sécurité énergétique mondiale.
    Le South Stream passera par la zone économique turque. Ankara a consenti à aménagement du gazoduc à travers son territoire. Le projet russo-italien rendra les consommateurs et les fournisseurs moins dépendants des pays transiteurs. Les premiers ministres russe et turc ont envisagé le détail en présence de leur homologue italien Silvio Berlusconi.
    Le consentement d’Ankara est formulé dans le Protocole de coopération dans l’industrie du gaz signé par Vladimir Poutine et Tajip Erdogan. Selon le premier ministre russe, la Turquie devient un centre énergétique important en Eurasie.
    L’accord sur les livraisons du gaz russe en Turquie pourra être prorogé et la partie turque se montre intéressée à accroître les livraisons. Nous nous sommes entendus à ce sujet. Nous engageons la construction de l’embranchement du gazoduc « Torrent bleu » : « Torrent bleu 2 ». Le gaz sera exporté vers les pays tiers : Chypre, Israël, Liban, Syrie à travers le territoire turc. La Turquie sera un grand Etat transiteur dans la région.
    Les spécialistes russes construiront de grands dépôts souterrains de gaz en Turquie.
    Les protocoles de coopération dans l’industrie du pétrole et dans l’énergie nucléaire sont non moins importants. Cela concerne le projet d’oléoduc Samsoun-Djeihan. Il est prévu de construire en Turquie la première grande centrale nucléaire.
    En plus des protocoles signés par les premiers ministres, plus d’une quinzaine de contrats interdépartementaux ont été conclus.
    Vladimir Poutine et Tajip Erdogan entendent s’entretenir au début de l’année prochaine : cette fois en Russie.

    Lire aussi:

    Sommet russo-turc: de quoi ont parlé Poutine et Erdogan?
    Le Turkish Stream permettra à la Russie d’augmenter ses exportations gazières à la Turquie
    La Turquie veut obtenir les S-400 russes le plus rapidement possible, selon Erdogan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik