Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    MOSCOU ET WASHINGTON ENTENDENT MENER UN DIALOGUE CONSTRUCTIF SUR LES ARMES STRATEGIQUES

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Lundi, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton arrive à Moscou. À la veille de la visite, elle a déclaré aux journalistes qu’elle était disposée à éclaircir les perspectives de la coopération russo-américaine sur toute la gamme des questions – depuis le programme nucléaire de l'Iran jusqu’au respect des droits de l’homme en Russie. Cependant, c’est la limitation des armements stratégiques offensifs qui prendra une place centrale lors des négociations avec les dirigeants russes.
    L'action de l'accord actuel sur les armes stratégiques expire en décembre de cette année. Un nouveau document doit le remplacer. Il est nécessaire de coordonner ses positions, une commission comprenant les experts des deux pays s’en charge. Il reste seulement deux mois pour cela. Le chef du Centre de la sécurité Internationale de l’institut IMEMO sous l’égide de l'Académie des Sciences de Russie Alexeï Arbatov a exprimé dans l'interview exclusive à «la Voix de la Russie» l'opinion que la visite de Hillary Clinton pouvait amener à une percée dans la solution des problèmes clefs.
     L'attention prioritaire doit être accordée aux négociations sur la réduction des armements stratégiques offensifs. La décision des États-Unis de remettre à plus tard pour un temps incertain le déploiement des objectifs de la défense antimissile en Europe a diminué la tension et l'incertitude, elle a ouvert la voie vers la conclusion d’un nouveau traité dans un proche avenir. Certes, il existe là une quantité encore immense de problèmes sérieux, directement dans la sphère des armements stratégiques et offensifs. Et autant que l’on on peut juger, il y a une progression très lente dans la solution de ces questions puisque les positions des parties se distinguent très sérieusement.
    Alexeï Arbatov a noté que la conclusion du nouvel accord SALT est très importante pour la Russie. En réalité, d'après lui, cela donnera la possibilité de soutenir la parité entre les forces stratégiques de la Russie et les États-Unis.
     Les programmes et les possibilités russes ne limiteront aucunement cet accord. Il limitera, peut-être, dans une mesure plus ou moins grande, les États-Unis. Nous voulons que ce soit dans une plus grande mesure, les Américains — dans la plus petite.
    Non seulement la sécurité des deux pays dépend de la façon de la Russie et des États-Unis de se mettre d'accord sur la limitation des armes stratégiques. C'est important pour tout le monde dans le contexte de la non-prolifération de l'arme nucléaire. La Russie se prononce pour la destruction des ogives, et non pour leur stockage. Le président de Russie Dmitri Medvedev a déclaré à plusieurs reprises qu'un nouvel accord SALT doit limiter non seulement le nombre des charges, mais aussi celui des moyens de leur livraison.
    La visite du chef de la diplomatie des États-Unis doit permettre de lever les différends qui restent et de montrer à quel point les intentions de Washington de faire redémarrer les relations bilatérales sont sérieuses.

    Lire aussi:

    «La demi-vie»: l’avenir du monde polycentrique nucléaire s’annonce sombre
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Une «démocratie dure» made in US: la voie vers de bonnes relations avec la Russie?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik