Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    UKRAINE : LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE PROMET D’ETRE ACHARNEE

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    La campagne électorale présidentielle vient de prendre son départ en Ukraine. La Commission électorale centrale (CEC) commencera le 20 octobre à enregistrer les candidats.

    La campagne électorale présidentielle vient de prendre son départ en Ukraine. La Commission électorale centrale (CEC) commencera le 20 octobre à enregistrer les candidats. En fait, la lutte a commencé beaucoup plus tôt. Les panneaux en faveur de tel ou tel candidats dissimulés sous forme de la publicité sociale ornent les rues. De surcroit, les opposants ont déjà commencé à publier dans les médias des portions dosées d’informations compromettantes au sujet de chacun de leurs adversaires. Si bien que les passions se déchaînent depuis un certain temps, alors que la campagne électorale vient de commencer. La mise en condition de la population se poursuit depuis longtemps et les leaders de la campagne électorale sont déjà connus, a communiqué dans une interview à la Voix de la Russie Vitali Koulik, directeur du Centre ukrainien de recherches en matière des problèmes de la société civile.
    Les trois principaux candidats sont Viktor Yanoukovitch, Ioulia Timochenko et Arseniy Yatseniuk. Yanoukovitch détient le leadership et sa cote de popularité est 20-26%. Ceux de Timochenko et d’Yatseniuk sont respectivement 19% et 9%. La situation est susceptible de se transformer parce que la partie officielle de la campagne vient de commencer.
    Des méthodes de lutte vigoureuses et parfois déloyales adoptée par les participants à la campagne présidentielle sont capables de transformer la disposition des forces. On a de nouveau évoqué les dossiers criminels de Viktor Yanoukovitch, leader du Parti des régions.
    L’actuelle Première ministre Ioulia Timochenko qui ne fait pas grand cas des principes pourrait jouer un mauvais tour. Vladimir Jarikhine, directeur adjoint de l’Institut de la CEI, parle :
    Ioulia Timochenko a collaboré cet été d’une manière active et constructive avec les autorités russes. Elle a été accusée de ce fait de la haute trahison et certains électeurs dans l’ouest du pays s’en sont distanciés. Elle a alors brusquement changé les accents de ses discours. Elle est intervenue au Congrès mondial ukrainien à Lvov et s’en est prise à la langue russe. Par conséquent, elle a obtenu ce qu’elle avait voulu : le nombre d’électeurs de Timochenko a augmenté. On ne doit pas cependant se faire des illusions, car ayant réglé le problème du premier tour, elle a compliqué celui du second tour. Parce que si l’est du pays n’appuie pas sa candidature, il lui sera impossible de remporter la confrontation avec Yanoukovtch.
    De surcroit, l’entourage de Timochenko affecte sérieusement l’image de la candidate du « Bloc Ioulia Timochenko ».
    Le troisième candidat Arseniy Yatseniuk est le moins entaché de tous. En dépit de son jeune âge, il a été le président de la chambre haute du parlement, le patron de la Banque nationale, a occupé les postes du ministre de l’Économie et des Affaires étrangères. Les experts notent que même si on ne l’a pas encore traîné dans la boue, la campagne présidentielle ne vient que de commencer pour Yatseniuk.

    Lire aussi:

    Affaire Manafort: la diplomatie russe pointe des imprécisions
    Timochenko compare le virus Petya à Piotr Porochenko
    Timochenko donne la date d'une éventuelle désintégration de l'Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik