Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    COMMENT DEMENTIR LES LEGENDES

    Actualités
    URL courte
    0 3 0 0

    Un point est mis dans l’affaire de Vladimir Barsoukov-Koumarine, personnalité légendaire dans le monde criminel, « gouverneur nocturne » de Saint Petersburg. Selon le journal « Vremia Novostei », il a été leader du groupe criminel influent de Tambov ayant agi, notamment, à Saint Petersburg.

    Un point est mis dans l’affaire de Vladimir Barsoukov-Koumarine, personnalité légendaire dans le monde criminel, « gouverneur nocturne » de Saint Petersburg. Selon le journal « Vremia Novostei », il a été leader du groupe criminel influent de Tambov ayant agi, notamment, à Saint Petersburg. Le groupe s’est emparé de plus d’« une dizaine d’entreprises de la ville, notamment de la société anonyme « Terminal pétrolier de Petersburg ». Les bandits sont condamnés à divers délais de réclusion. Le dossier de l’organisation d’un assassinat sera examiné à part.
    Le groupe criminel était composé de vingt membres. D’après les données de l’accusation, Vladimir Barsoukov-Koumarine était leader d’un groupe de readers. Les uns recherchaient des prête-noms qui devaient jouer le rôle des « clients honnêtes » des entreprises soi-disant en faillite qui enregistraient avec le concours des juristes les documents fictifs pour s’emparer sans problèmes d’une entreprise. Il y a eu un groupe spécial qui les légalisait. Les membres du groupe les vendaient les uns aux autres. Ainsi, les avocats des criminels avaient la possibilité de participer « en toute compétence » au procès. L’action en justice a été intentée en 2005 à la demande de la propriétaire d’un restaurant de St Petersburg qui a eu la possibilité de déposer sa plainte personnellement à Valentina Matvienko, gouverneur de la ville. Ce n’est qu’après cela que le dossier a été rendu public et le verdict a été prononcé, indique le journal « Vremia Novostei ».

    Une question s’impose : pourquoi de multiples crimes de ce genre n’ont pas été rendus publics et les mesures résolues en vue de les réprimer n’étaient pas appliquées ? » Nous avons adressé cette question à un juriste et à un législateur.
    Serguei Semachkine, juriste moscovite en vue, est convaincu que la situation a peu changé depuis le début du procès contre « le gouverneur nocturne » de St Petersburg. Beaucoup d’entreprises ne fonctionnement pas à plein rendement dans le pays. En ce qui concerne les restaurants, les établissements récréatifs, etc., c’est un paradis pour le crime organisé. L’essentiel, selon le juriste, ce sont les lacunes juridiques ou l’absence de législation.
    Le vice-président du Comité de la Douma d’Etat, chambre basse du parlement russe, Victor Ilioukhine partage cette opinion. Nous avons enregistré sa réponse par téléphone :
    « En réalité de multiples entreprises ne fonctionnent pas dans le pays. Leurs directeurs entrent parfois, en quête d’issue à la crise, en contact avec les criminels qui n’éprouvent pas le déficit de « main d’œuvre » dans la situation qui s’est créée dans le pays. Ils s’emparent des entreprises en recourant à toutes sortes de manœuvres. Cela porte le préjudice économique sérieux. L’immense quantité d’acteurs et de circonstances surgissent à l’issue des enquêtes. La Douma d’Etat propose de spécifier la responsabilité de tels crimes dans le Code pénal. Le readership est un phénomène compliqué. Il peut être « blanc » lorsque les entreprises sont transférées presque légalement, sur contrat ou « gris » (semi-légal) où bien « noir » faisant justement l’objet du Code pénal dont les articles appropriés ne sont pas finalisés. Nous autres législateurs devrons déployer les efforts substantiels dans cette voie », a déclaré Victor Ilioukhine.
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik