Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA REVANCHE SANGLANTE DES TALIBANS CONTINUE

    Actualités
    URL courte
    0 0 01

    Deux explosions criminelles se sont produites ce vendredi au Pakistan. Plus de 15 morts et 30 blessés – tel est le bilan préliminaire d’une nouvelle action sanglante des islamistes devant le siège du service de renseignement à Peshawar.

    Deux explosions criminelles se sont produites ce vendredi au Pakistan. Plus de 15 morts et 30 blessés – tel est le bilan préliminaire d’une nouvelle action sanglante des islamistes devant le siège du service de renseignement à Peshawar. En même temps un kamikaze a attaqué un commissariat de police dans une autre ville pakistanaise de Bannu, en tuant 5 policiers et en blessant 20 autres.
    Par ces actions les terroristes inspirés par les militants du mouvement Taliban réagissent à une opération anti-terroriste d’ampleur en province de Waziristân du Sud, limitrophe d’Afghanistan. Ils ont commencé leur revanche déjà en octobre, qui s’est déjà soldée à plus de 500 civils pakistanais morts. Peshawar est le chef-lieu de la province nord-ouest du Pakistan. C’est là que se trouve la zone dite des tribus, longeant la frontière afghane. Y ont trouvé refuge de nombreux islamistes d’Al-Qaïda et du Taliban qui avaient opéré en territoire du pays voisin. Pour cette raison Peshawar est devenu l’un des points les plus chauds au Pakistan, où les extrémistes effectuent régulièrement leurs raids. Le récent important attentat s’est produit à Peshawar le 28 octobre. Selon les médias occidentaux, il a été perpétré spécialement pour la visite dans le pays de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton. Alors Plus de 100 personnes ont péri et quelque 200 autres ont été blessées.
    La situation dans la région limitrophe est en effet compliquée. Les experts considèrent, toutefois, que les extrémistes sont encerclés. On les presse du Pakistan et de l’Afghanistan, estime Dimitri Verkhotourov, expert au Centre de l’étude de l’Afghanistan contemporain.
    Le Pakistan n’a pas de choix. S’il ne combat pas les talibans, alors les Américains le feront en territoire du Pakistan. Et on ne sait pas ce qui est mieux. Islamabad choisit de faire la guerre aux talibans.
    Et il n’est pas clair ce qui est pire pour les Pakistanais – combattre eux-mêmes les Talibans ou accepter des troupes étrangères sur leur territoire. A en juger d’après les faits, Islamabad opte pour la deuxième solution. Autrement dit, le gouvernement pakistanais combat les Talibans comme il le sait. Mais je pense qu’en principe les combattants rebelles – des Talibans et des autres – se sont retrouvés dans une situation difficile. Ils sont pratiquement encerclés. On les écrase en Afghanistan. Mais également au Pakistan. Selon les dernières données, L’Iran vient de se joindre aux opérations anti-terroristes. En fait, les islamistes n’ont plus ou aller.
    Le « Daily Telegraph » fait savoir que les forces armées pakistanaises appliquent avec succès une nouvelle tactique de lutte contre les talibans. Celle-ci inclut une utilisation massive d’aviation et d’équipements modernes. L’Armée cherche à établir un contrôle sur les hauteurs dominantes dans les régions montagneuses du pays. Pour s’emparer de ces positions, elle utilise des troupes spéciales, alors que dans les régions stratégiquement importantes, on crée des bases temporaires.

    Lire aussi:

    Le Pakistan veut construire un mur à la frontière afghane
    Un chef pakistanais d’Al-Qaïda éliminé en Afghanistan
    Un ex-officier de la CIA redoute l’effet de la position rigide de Trump sur le Pakistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik