Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA SERBIE CHERCHE A PLACER A NOUVEAU LE KOSOVO SOUS SA JURIDICTION

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le TPI à La Haye engage aujourd’hui à la demande de Belgrade les audiences sur le problème du Kosovo. Les juges devront décider si la proclamation unilatérale de l’indépendance correspond aux normes du droit international. Ce sera le précédent du règlement d’une lacune dans le droit international réservant aux nations le droit à l’autodétermination. Les Etats sont protégés par le principe d’intégrité territoriale et d’intangibilité des frontières.
    La désintégration de la fédération balkanique a été pour une large part stimulée par l’Occident. Il suffit d’évoquer les bombardements de Belgrade par l’OTAN. En ce qui concerne le problème du Kosovo, ni les leaders des pays de l’UE ni Washington n’ont pris au sérieux les déclarations de la Serbie sur la nécessité de maintenir son intégrité territoriale.
    47 pays membres de l’ONU ont soutenu pour le moment l’autodétermination du Kosovo. La Russie refuse de reconnaître l’indépendance de la région en déclarant que la proclamation unilatérale du nouveau statut viole les normes du droit international et est illégitime. La position de Moscou sera parmi les plus importantes aux audiences, estime l’experte du Centre d’étude de la crise balkanique de l’Institut d’études slaves de l’Académie des sciences de Russie Anna Filimonova.
    La plupart des pays européens reconnaissent l’indépendance du Kosovo. De ce fait, la Serbie met le cap sur la position de la Russie et de plusieurs autres pays qui la partagent. La Russie se montre prête à formuler son opinion à la séance du TPI et c’est là l’essentiel. Le duel entre la Russie et les Etats-Unis sur la reconnaissance du Kosovo aura lieu le 8 décembre. On va voir si la Russie parviendra à défendre son opinion.
    Il convient de noter que les verdicts du TPI ne sont pas contraignants mais Pristina et Belgrade pourront s’appuyer en perspective sur ces documents.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Pourquoi ce qui a été autorisé pour le Kosovo ne l’est-il pas pour la Catalogne?
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik