Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA FEUILLE DE ROUTE CULTURELLE RUSSIE-UE

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Moscou a hébergé le séminaire international « Russie-UE : les signaux routiers sur la feuille de route de la coopération culturelle ». Le reportage de notre envoyée spéciale Olga Denissova.

    Moscou a hébergé le séminaire international « Russie-UE : les signaux routiers sur la feuille de route de la coopération culturelle ». Le reportage de notre envoyée spéciale Olga Denissova.
    La coopération entre la Russie et l’Union Européenne dans le domaine culturel a commencé après le sommet « Russie-UE » en 2005. Les parties ont alors adopté à Moscou quatre feuilles de route visant la construction d’espaces communs : économique, de sécurité et de justice, de sécurité extérieure, de sciences et d’éducation avec les aspects culturels inclus.
    « La coopération de la Russie et de l’Union Européenne se développe en forme de dialogue. L’Union Européenne, c’est l’expérience des 27 pays, mais on ne peut pas séparer la Russie de l’Europe », a dit Andreï Boussyguine en ouvrant la conférence, et en rappelant aux participants que « le multiculturalisme en Russie est aussi riche qu’il est dans les relations russo-européennes ».
    C’est sur les relations culturelles que les participants au séminaire proposent de miser. « Les travailleurs de la culture doivent intervenir dans les sphères les plus diverses et leur champs d’action doit être élargi. La culture, c’est la base sur laquelle toutes les relations se développent », déclare Jan Truszynski, vice-directeur du Département général de la Commission Européenne pour l’Enseignement et la Culture.
    Les projets les plus divers ont été réalisés dans le cadre de la coopération russo-européenne. Le Forum des cultures slaves en serait le plus important. L’année dernière cette rencontre s’est déroulée à Bruxelles, cette année – à Strasbourg. L’initiative de créer le Forum des cultures slaves appartient à la Slovénie et la Russie, qui ont avancé ce projet encore en 2002. A propos, ce sont les Slovènes qui, les premiers parmi les pays slaves, sont entrés dans l’Union Européenne

    En 2009 l’Union Européenne a soutenu neuf projets avancés par la Russie, au montant total de 2 millions d’euros. Il s’agit notamment du festival international « KenArt – pont culturel européen » à Arkhangelsk et du festival de cinéma du court métrage 27+1 qui s’est récemment déroulé à Moscou.
    « Le point principal dans nos relations avec la Russie réside dans une diversification maximale des formes de coopération », conclut Ian Truszinski, « Nous ne choisissons pas un modèle ou une forme clé mais essayons de couvrir tous les domaines. C’est l’approche la plus juste. Pour cela, nous avons besoin des plateformes appropriées : c’est, entre autres, l’expansion du partenariat commercial, des projets d’investissements des pays de l’UE dans l’économie de la Russie et, vice-versa, le développement du secteur d’affaires russe en Europe. Je crois que les initiatives doivent provenir de la société civile. C’est alors que cette large palette de variantes concernant toutes les activités de la vie de l’homme, devient une réalité. En cas de contacts de l’UE avec des pays tiers, qui ne sont pas membres de la Communauté, le principe du financement commun est obligatoire. Il y a un proverbe qui dit que pour danser le tango, il faut être au moins deux. Un bon exemple de cofinancement est le programme de la coopération transfrontalière. Lorsqu’il s’agit de l’aménagement des territoires frontaliers – de la région de Kaliningrad limitrophe de la Pologne et de la Lituanie, ainsi que des régions de la Russie qui ont des limites communes avec la Finlande, la Russie paie sa partie sans délai.
    Les initiatives créatrices se heurtent souvent non seulement au problème de financement, mais également à la nécessité de se faire procurer certains documents. Le thème des visas est souvent soulevé. Dans cette question il existe un accord entre la Russie et l’UE pour les projets du domaine de la culture. Mais cela ne résout pas toujours le problème. Le séminaire doit déboucher sur de nouveaux accords de coopération. Quant aux réponses aux questions de financement et de visas, d’échanges culturels et de projets communs, nous allons les trouver nous-mêmes en pratique.
    Vous avez écouté le reportage de notre envoyée spéciale Olga Denissova

    Lire aussi:

    « Les sanctions contre la Russie seront levées prochainement », selon un sénateur italien
    Mondial 2018: la sélection d’Iran sera soutenue par l’orchestre symphonique du pays
    L’UE choisit-elle les bons partenaires pour en finir avec le terrorisme?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik