Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Des centaines de personnes pour faire leurs adieux à Egor Gaïdar

    Actualités
    URL courte
    0 2 0 0

    Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblé samedi devant la Clinique centrale à Moscou pour faire leurs adieux à Egor Gaïdar. Un meeting de deuil a débuté à midi pour rendre hommage à cet économiste et homme politique de renom décédé le 16 décembre.

    Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblé samedi devant la Clinique centrale à Moscou pour faire leurs adieux à Egor Gaïdar. Un meeting de deuil a débuté à midi pour rendre hommage à cet économiste et homme politique de renom décédé le 16 décembre. Au centre de la salle, on voit le cercueil oé repose le corps du défunt, et le long des murs, des gerbes du président, du Premier ministre, des responsables du parlement, des amis et collègues du défunt, de ministères, d'administrations, d'établissements d'enseignement supérieur. Parmi les personnes assistant à la cérémonie, on remarque des hommes d'Etat et des personnalités publiques, des députés de la Douma et des économistes, notamment Victor Tchernomyrdine, Arkadi Dvorkovitch, Artour Tchilingarov, Grigori Iavlinski. De nombreux hommes de la culture rendent hommage à Egor Gaïdar, notamment le metteur en scène Mark Rozovski, l'écrivain Vladimir Voïnovitch, l'actrice Natalia Fateeva. La salle de deuil ne pouvant pas contenir tout le monde, des gens s'y attardent pour déposer des fleurs avant de ressortir. Egor Gaïdar est mort subitement le 16 décembre à l'âge de 53 ans. Son corps sera incinéré. " Le père l'a voulu ", a dit sa fille, Maria Gaïdar. " Nous enterrerons ses cendres après, comme on le fait d'habitude ", a-t-elle ajouté. Les restes de Gaïdar seraient inhumés en privé au cimetière de Novodievitchi.

    Lire aussi:

    Un journaliste chassé d’un plateau TV pour avoir refusé de parler en ukrainien (vidéo)
    Vladimir Poutine rend hommage à Helmut Kohl
    Pourquoi le dialogue Moscou-Ankara fait du surplace
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik