Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    BUSINESS CLUB

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Au sommaire de l’édition : Les derniers événements de la vie économique en Russie

    Au sommaire de l’édition :
    Les derniers événements de la vie économique en Russie
    « Gazprom » contre l’UNESCO
    Le forum à Vienne : un nouveau pas important vers le système énergétique intègre en Europe

    Selon l’Agence Bloomberg qui cite le directeur opérationnel du consortium français Patrick Pelata, « Renault » a l’intention d’examiner la question concernant la fabrication des automobiles électriques en coopération avec « AvtoVAZ » après la réorganisation de l’entreprise.
    Le Ministère de l’Industrie et du Commerce de la Russie s’est prononcé pour la création à Togliatti de la zone économique particulière, où on pourrait développer la production des automobiles électriques.
    Au mois de mars les concepts des automobiles électriques on été présentés à Vladimir Poutine. D’après les projets de l’usine, certaines automobiles électriques peuvent être utilisés comme des moyens de transport pendant les JO-2014 à Sotchi

    « Gazprom » contre l’UNESCO

    Le problème du centre historique de St Petersbourg sera examiné à la prochaine séance du Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO en été 2010 au Brésil.
    L’UNESCO n’a pas changé d’attitude envers la construction au centre de Petersbourg de la tour d’« Okhta-centre » haute de 400 mètres. Les représentants de l’UNESCO n’excluent pas qu’en cas d’édification d’un gratte-ciel, la ville sur la Neva soit effacée de la Liste du patrimoine mondial. La représentante permanente russe à l’UNESCO Eleonora Mitrofanova n’est pas sûre qu’elle parvienne à influer sur cette décision. A son avis, il est faut baisser la hauteur du bâtiment ou déplacer le chantier dans un autre quartier de la ville.
    Cependant, la compagnie « Gazprom », l’unique investisseur du projet scandaleux, n’a la moindre intention de le réviser. Selon le porte-parole de la compagnie Serguei Kouprianov, « pour le moment il n’ya pas de raisons pour apporter des correctifs ».
    Le ministère de la culture, l’Union des architectes de Russie, l’Association nationale de la protection des monuments historiques et culturels et plusieurs autres institutions du pays se sont opposés à la construction d’un gratte-ciel qui troublera l’image historique de St Petersbourg. Le ministre russe de la culture Alexandre Avdeev a adressé le 8 octobre au Parquet les conclusions des experts de Rosokhrankoultoura concernant les violations de la législation russe par le gouvernement de la ville lors de l’élaboration et l’adoption de la décision sur la construction d’« Okhta-Centre ». Le Parquet poursuit les inspections.
    Il existe des partisans et des adversaires du projet parmi les habitants de la ville. Les uns le soutiennent en espérant qu’il assurera l’afflux des capitaux. D’autres s’y opposent résolument par crainte que sa réalisation ne trouble l’image historique de St Petersbourg. Le projet a partagé la ville, dit le chercheur du Centre national d’étude de l’opinion Nikita Tchoulotchnikov :
    50% des habitants de la ville estiment que la hauteur du bâtiment ne doit pas dépasser 48 mètres. Ce sont essentiellement les Pétersbourgeois ayant vécu plus de vingt ans dans la ville. Ceux qui vivent de dix à vingt ans à St Petersbourg (20%) sont d’avis que « Gazprom-City » ne doit être plus haut que 100 mètres. Les sondés sans opinion sont en minorité. Ce sont pour une large part les jeunes qui habitent dans la ville moins de trois ans.
    Les membres de la « Coalition civile en faveur de Petersbourg » proposent de convoquer un référendum sur la construction d’un gratte-ciel haut de 400mètres en face de la Cathédrale Smolny. Les documents appropriés sont déjà soumis à la Commission électorale municipale.

    Le forum à Vienne : un nouveau pas important vers le système énergétique intègre en Europe

    Les débats sur les correctifs à apporter à la structure de la consommation d’énergie se déroulent en Europe. La plupart des experts sont d’avis que les hydrocarbures joueront à l’avenir également le rôle essentiel dans le système énergétique. Le gaz occupera la place la plus importante. Les Européens lient leurs espoirs aux activités de la Russie en Europe du Nord-Ouest et du Sud-Est.
    Les délégués au Forum à Vienne ont exprimé des craintes que l’Europe ne se heurte prochainement à un déficit sérieux d’énergie. Les experts russes en vue estiment qu’il ne faut pas considérer « Nabucco » et « South Stream » comme les concurrents. Le représentant permanent russe à l’UE Vladimir Tchijov indique que tout dépendra des consommateurs finals.
    Si les tendances à l’accroissement de la consommation de gaz se maintiennent, l’Europe aura besoin des deux gazoducs susmentionnés et, probablement, d’une demi-douzaine d’autres. Le gaz est une composante clé de l’approvisionnement des balances énergétiques de la plupart des pays européens et, par conséquent, de leur sécurité énergétique.
    Le « South Stream » permettra de diversifier les livraisons de gaz russe à l’Europe pour que les fournisseurs européens ne dépendent des pays transiteurs. Le projet « Nabucco » assurera le transfert du gaz en Europe, en premier lieu de la Caspienne en contournant la Russie. Ce sont des projets différents, dit Vladimir Tchijov.
    Ils ont le droit d’exister tous les deux. Les projets sont fondés sur les accords intergouvernementaux. Le financement plus ou moins fiable est assuré en perspective. Cependant, le « South Stream » sera rempli de gaz et dans le cas de « Nabucco » cela n’est pas garanti.
    Ce problème a surgi dès la conception du projet « Nabucco », dit Vladimir Tchijov.
    Tous les projets réussis de gazo- et oléoducs en Europe ont été initiés par les fournisseurs. La Russie a présenté le projet de South Stream alors que « Nabucco » est l’unique projet initié par les pays transiteurs.
    Selon la plupart des experts, le forum à Vienne constituera un pas important vers l’aménagement d’un système énergétique intégré européen. Il n’est plus question de la concurrence de « Nabucco » et du « South Stream ». Les analystes indiquent que la consommation de gaz promet d’augmenter prochainement. Il faudra réfléchir après la crise économique où puiser les ressources énergétiques. La Russie a beaucoup de projets qui contribueront à assurer un climat économique chaud – au sens propre et figuré – en Europe.



    Lire aussi:

    Un South Stream est inévitable?
    Abandon du projet South Stream: une défaite stratégique pour l'Italie
    Moscou fustige les obstacles artificiels pour entraver le projet Nord Stream2
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik