Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    FAITS DIVERS ET SOCIETE

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Au sommaire de cette édition : Les montagnes, grand écosystème de la planète La

    Au sommaire de cette édition :

    Les montagnes, grand écosystème de la planète
    La CEI : l’année des jeunes donne lieu à l’Année des innovations
    En prévision du Nouvel An : la crise, est-elle réglée ?

    Les montagnes, grand écosystème de la planète

    La Journée internationale des montagnes a été célébrée le 11 décembre sur décision de la 57ème session de l’Assemblée Générale de l’ONU en janvier 2003.
    Chaque année la Journée des montagnes est consacrée à tel ou tel sujet. En 2008 il a été question de la sécurité alimentaire dans les montagnes parce qu’il y est très difficile de cultiver la terre, de faire paître le bétail. Cette année la Journée est consacrée aux sinistres dans les montagnes, a dit à notre correspondant le chercheur de l’Institut de géographie de l’Académie des Sciences de Russie Youri Badenkov.
    C’est un sujet d’actualité. Il faut réfléchir à la politique de développement pour évaluer les risques. Il s’agit des séismes, des avalanches, des grandes crues. Les sinistres se produisent de plus en plus souvent, notamment dans le Sud, dans l’Himalaya, au Pamir. Il faut assurer la survie des montagnards
    Les monts occupent près d’un quart de la superficie et abritent près de 10 % des habitants de la planète. C’est un site classé à la faune et à la flore unique, la source d’eau des principaux fleuves sur Terre. « Les monts constituent un château d’eau pour les plaines voisines », dit le chercheur. Les montagnes fournissent les ressources biologiques et forestières, les minéraux utiles, reflètent la culture et les traditions.
    Il suffit d’évoquer la civilisation inca dans les Andes. Les monts ont inspiré les poètes et les peintres, ont toujours été très attrayants pour les touristes. C’est le sens de la vie pour les alpinistes, affirme le vice-président de la Fédération d’alpinisme de Russie Ivan Doucharine.
    Les montagnes ne laissent personne indifférent. J’ai eu de la chance, je suis depuis longtemps alpiniste et j’en suis heureux. Cela est important pour moi dans tous les aspects : les montagnes éduquent, enrichissent, nous rendent plus sérieux, dirais-je.
    Certes, les risques subsistent. Or, quiconque évalue la situation et ses possibilités d’une manière adéquate prend des risques pas plus qu’un automobiliste, estime Ivan Doucharine.
    Par exemple, le grand alpiniste Reihold Messner a conquis le premier les 14 sommets les plus élevés. Il a entrepris 18 ascensions. Tout le monde demande : comment y avez-vous réussi ? Eh bien, j’ai entrepris 18 ascensions mais j’ai fait 42 tentatives et je n’en ai réussies que 18. Dans d’autres cas j’ai abandonné l’itinéraire. Cela traduit la sagesse et l’expérience de l’alpiniste et c’est pour ça qu’il est vivant.
    Les monts dans 43 sujets de la Fédération de Russie couvrent plus de la moitié du territoire du pays. Le Caucase est le plus attrayant pour les alpinistes et les skieurs. Le Centre de l’UNESCO pour le développement intégré des montagnes est en voie d’institution à Vladikavkaz. Les séminaires et les conférences s’y sont déroulés le 11 décembre. Il est prévu d’engager les manifestations dans l’Altaï, en Extrême-Orient, à St Petersbourg et à Moscou. Les chercheurs de l’Institut de géographie de l’Académie des sciences de Russie envisageront au séminaire les moyens d’assurer un développement stable de l’un des plus grands écosystèmes », a indiqué le chercheur de l’Institut Youri Badenkov. La Journée internationale des montagnes a une grande importance non seulement pour les spécialistes. Selon Ivan Doucharine, tout un chacun se rend dans les montagnes pittoresques où les admire.

    La CEI : l’année des jeunes donne lieu à l’Année des innovations

    2010 est proclamée l’Année de la science et des innovations dans les pays de la CEI. Ce sera la suite logique de l’Année des jeunes 2009. Il est prévu d’accorder l’année prochaine jusqu’à un tiers du budget du Fonds interétatique de coopération humanitaire des pays de la CEI pour réaliser toutes sortes de programmes.
    La modernisation et la diversification des économies constituent le problème commun pour les pays de l’espace postsoviétique. Il faudrait mettre à profit l’expérience d’intégration scientifique et de production accumulée à l’époque soviétique. La base scientifico-technique est dans l’ensemble conservée, dit le représentant spécial du président de Russie pour la coopération culturelle internationale Mikhaïl Chvydkoï, coprésident du Fonds de coopération humanitaire :
    Les innovations constituent un sujet à part. Le Centre international d’innovations à Doubna, dans la région de Moscou, poursuivra ses efforts. Les cours supérieurs des nanotechnologies et des technologies informatiques seront engagés pour la troisième fois. Nous entendons convoquer le Congrès des professeurs des pays de la CEI ainsi que le congrès des jeunes consacré au développement innovant. Toutes ces manifestations sont destinées ont pour but de concerter les efforts des scientifiques de nos pays pour concevoir et mettre en œuvre les projets conjoints aux frais du Fonds.
    Selon Mikhaïl Chvydkoï, la participation à l’organisation de l’Année de la science et des innovations est absolument bénévole. Chaque pays y fait son apport. Certes, la Fédération de Russie assume la plupart des frais du Fonds interétatiques de coopération humanitaire. Cependant, l’apport des autres pays membres de la Communauté n’en est pas moins important.
    En plus de l’Année de la science et des innovations dans la CEI, 2010 sera l’année des festivités consacrées au 65ème anniversaire de la Grande Victoire sur le fascisme :

    Cette date réunit tous les pays de la Communauté, indique Mikhaïl Chvydkoï. Nous avons engagé toute une série de tours musicaux consacrés à la fête de la Victoire dans les pays de la CEI. Le Festival du film est organisé à l’occasion du 65ème anniversaire de la Grande Victoire. La Grande Guerre Patriotique est un événement unissant les gens d’un âge avancé et les jeunes. Notre Fonds réalise plusieurs projets intéressants liés à la Victoire. Ainsi, nous convoquerons en avril une conférence internationale représentative des historiens et des politiciens pur essayer d’évaluer le bilan de la Seconde guerre mondiale, examiner les questions surgissant dans son interprétation, aborder le problème de la falsification de l’histoire.
    Le Cinquième Forum des artistes et intellectuels des pays de la CEI se déroulera fin septembre – début octobre à Moscou. La cérémonie solennelle de remise du nouveau Prix interétatique de la CEI « Vedettes de la Communauté » se déroulera dans la capitale russe. Le prix sera décerné dans les trois nominations : « Science et enseignement », « Culture et art » et « Activités humanitaires ». Les meilleures œuvres consacrées à la Grande guerre patriotique seront également appréciées. Trois nominés seront présentés de chaque pays de la CEI. Les neufs lauréats recevront deux millions de roubles chacun.

    En prévision du Nouvel An : la crise, est-elle réglée ?

    On se souvient d’habitude en prévision du Nouvel An des événements remarquables de l’année et on envisage les perspectives. Les sociologues russes ont engagé un sondage pour refléter l’état d’esprit des citoyens russes à fin de l’année.
    D’après les résultats du sondage, les optimistes sont de plus en plus nombreux en Russie et il y a, par contre, de moins en moins de pessimistes. 2009 s’est avérée une année difficile pour la Russie et pour le monde entier, dit le directeur général du Centre national d’étude de l’opinion (VTSIOM) Valery Fedorov.
    J’ai en vue en premier lieu la crise socio-économique globale. Certains pays parviennent à la régler mais ils sont loin de reprendre le niveau d’avant la crise. En ce qui concerne la Russie, il n’est pas décidé si nous avons atteint le point le plus bas de la crise et assurerons l’essor ou bien la récession continue.
    Les sociologues essaient de préciser qu’en pensent les habitants. Comment se portent-ils au plan social ? Se sentent-ils mieux qu’il y a cinq ou six mois ? Croient-ils que le pire est révolu ? L’avenir dépend directement de ce qu’on en pense. La pensée est matérielle et les espoirs deviennent tôt ou tard réalité.
    2010 a été une année plus favorable que 2009. Les habitants se montrent plus optimistes. Les pessimistes sont deux fois moins nombreux qu’au début de l’année. Près d’un tiers des habitants s’attendent aux changements vers le mieux. 43% des sondés estiment que la situation restera intacte. 50% des respondants ont dit en mars qu’ils s’étaient adaptées aux changements alors maintenant cet indice dépasse 60%. Un cinquième des habitants espèrent s’y adapter prochainement. Ceux qui insistent qu’ils ne sauront jamais accepter les nouvelles réalités sont en minorité.






    Lire aussi:

    Comment descendre d’une montagne sans se fatiguer? Appeler un hélicoptère de secours
    Des voleurs de bouteilles d’oxygène sévissent sur l’Everest
    Dépolitiser l’Unesco? Un candidat au poste de directeur général en parle
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik