Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LE GAZ LES A RECONCILIES

    Actualités
    URL courte
    0 102

    Au terme de longs mois de pourparlers menés à Achkhabad, les présidents de Russie et

    Au terme de longs mois de pourparlers menés à Achkhabad, les présidents de Russie et du Turkménistan se sont retrouvés pour signer le contrat réaménagé au sujet de la reprise des livraisons du gaz naturel turkmène en Russie à partir de 2010 et d’un nouveau prix auquel Gazprom va l’acheter.
    Comme l’explique le périodique « Rossiïskaïa Gazeta », des suppléments et des modifications ont été apportés au contrat de 2003. Le volume des livraisons à été ramené à 30 milliards de mètres cubes par an. Visiblement, Moscou et Achkhabad se sont donné beaucoup de peine pour conclure la paix du gaz, remarque le journal « Vremia Novosteï ». La partie turkmène continue d’en vouloir à Gazprom pour la suspension en avril des achats du gaz et l’explosion sur le secteur turkmène du gazoduc. Gazprom n’apprécie pas pour sa part la politique du président turkmène, qui contrairement à l’avantage commercial sans précédent de la vente du gaz en direction russe, prévoit une recherche active des itinéraires d’exportation alternatifs, en premier lieu, vers l’Europe en contournant la Russie. De ce fait, une nouvelle escalade de la crise du gaz entre les deux pays est à attendre à tout moment. La conclusion des ententes avec Gazprom doit être attribuée, d’après tout, à deux facteurs : l’insistance du président Dimitri Medvedev et une situation relativement calme sur le marché gazier, lorsque Achkhabad ne pouvait pas dicter des conditions dures
    Selon le quotidien « Kommersant », le vice-Premier ministre de Russie Igor Sétchine, dont la participation aux pourparlers bilatéraux a été, on peut dire, décisive, après les négociations est passé à l’ombre. « Ce sont là les affaires des industriels du gaz, dans lesquelles nous ne nous ingérons pas », a-t-il dit en soulignant, qu’à partir de mardi le conflit du gaz d’avril, opposant la Russie au Turkménistan, peut être considéré comme clos. Sans doute, cette suspension imprévue des achats du gaz turkmène a été compensée par la construction avec des fonds de Gazprom d’une première école au Turkménistan qui délivrera des diplômes russes aux élèves. C’est précisément l’occasion de son inauguration que les présidents ont saisi pour se rencontrer à Achkhabad. Le nouveau contrat représente un compromis. L’un de ses résultats majeurs est d’avoir gardé le Turkménistan dans la sphère d’influence de la Russie, estime « Nezavissimaïa Gazeta ». En même temps, les experts russes justifient la signature du nouveau contrat à long terme. Tandis qu’à Achkhabad, le site officiel de l’agence informationnelle turkmène publie un message du président de Turquie, exprimant la certitude au sujet de ce que le Turkménistan apporterait sa contribution de poids au transit des ses hydrocarbures vers la Turquie, et de là — vers l’Occident ».


    Lire aussi:

    La population turkmène décimée depuis la prise de Mossoul par Daech
    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Les exportations de gaz russe vers l’Europe augmentent de 12,3%
    Du gaz russe transitant par l’Ukraine redirigé vers l’Allemagne
    Pour le pétrolier allemand Wintershall, le gaz russe est le plus compétitif
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik