Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    EN ENVISAGEANT L’AVENIR AVEC OPTIMISME

    Actualités
    URL courte
    0 3 0 0

    Le Centre russe d’analyse macro-économique et de pronostics à court terme a rendu public le

    Le Centre russe d’analyse macro-économique et de pronostics à court terme a rendu public le pronostic suivant lequel même si la Russie évite une nouvelle vague de crise, la récession continuera, néanmoins, au deuxième trimestre 2010 et la croissance de deux pour cent ne sera engagée qu’au deuxième semestre. Cependant, d’après les données fournies par RBK Daily, l’économie sera en croissance et accédera d’ici 2012 au taux annuel de 4%. Selon les économistes, cet indice ne signifie pas qu’il est possible de régler les problèmes économiques essentiels : de la baisse de la pauvreté à la modernisation. Les analystes présagent la consommation croissante. Après la baisse foudroyante du commerce de détail il faut s’attendre à une croissance dynamique. Or, l’accroissement du chiffre d’affaires ne saura pas dépasser le taux d’avant la crise. Il n’y aura pas de boom de crédits de consommation en perspective à moyen terme et la dynamique des revenus réels des habitants s’est ralentie.
    2009 a démenti la thèse traditionnelle suivant laquelle tous les maux sont dus à la dépendance du pays des prix du pétrole. Le journal « Nezavissimaïa Gazeta » se demande pourquoi la Russie a ressenti l’effet de la crise dans une mesure plus grande que d’autres pays exportateurs de pétrole. Les économistes attribuent l’évolution anomale de l’économie du pays aux mécomptes des autorités ayant soutenu initialement les emprunts extérieurs démesurés des compagnies et ayant en fait arrêté l’économie du pays ayant engagé une politique étrange de « dévaluation souple du rouble ».
    L’industrie russe se remet depuis le dernier semestre de l’année en cours. Cependant, l’industrie a été refoulée pendant quelques mois au niveau de 2005.
    Une crise aussi profonde porte à croire que le développement impétueux de l’économie et des finances fondé sur la demande intérieure croissante et les ressources d’investissements bon marché n’a pas posé un fondement qui permettrait de résister à la crise mondiale sans l’ingérence de l’Etat. Fait révélateur : les autres Etats à économie fondée sur les exportations de pétrole et de matières premières n’ayant pas de coussins de sécurité sous forme de ressources financières des fonds souverains institués en Russie ont subi l’épreuve avec des pertes moins sérieuses que notre pays, écrit pour conclure le journal « Vedomosti ».

    Lire aussi:

    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    L'économie russe a surmonté la récession la plus grave depuis 20 ans
    Le PIB chinois progresse à un rythme plus rapide qu’attendu
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik