Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    CENT MILLIONS POUR UN «OPEL »

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    La banque la plus importante en Russie « Sberbank » a avancé les comptes au constructeur géant automobile General Motors.

    La banque la plus importante en Russie « Sberbank » a avancé les comptes au constructeur géant automobile General Motors. « Sberbank » demande 100 millions de dommages et intérêts pour le contrat échoué de la vente du constructeur automobile allemand « Opel ».
    La Banque russe a participé au marché avec la société canadienne « Magna », productrice des pièces de rechange. Les négociations ont duré neuf mois et se sont traduites par 9 mille de pages de la transaction écrites et certifiées par les notaires. Tout faisait penser au succès. « Sberbank » devait acquérir 55 pour cent des actions de l’« Opel ». Selon les dispositions du contrat les nouveaux propriétaires recevaient la plupart des technologies brevetées du constructeur allemand. « Sberbank » voulait passer ces technologies aux constructeurs russes, en particulier à la société « GAZ ». Ce marché pouvait engendrer une percée spectaculaire de l’industrie automobile russe, estime Vladislav Belov, directeur du Centre de recherches allemandes.
    C’aurait été le premier investissement russe important dans l’industrie allemande qui donnait accès non seulement aux technologies modernes de construction mais aussi à celles de la gestion, donc, aux technologies qui manquait en Russie aux constructeurs et producteurs de pièces automobiles.
    Mais les Américains ont brusquement changé de plans. Le refus de « General Motors » de vendre « Opel » quelques jours avant la signature du contrat a été une grande surprise pour le consortium « Magna-Sberbank » comme pour les autorités de la Russie et de l’Allemagne. Le Premier-ministre Vladimir Poutine a parlé de la « négligence » que « General Motors » avait montrée à l’égard de la Russie. Aussitôt le marché rompu, la direction de « Magna-Sberbank » a déclaré qu’elle allait demander à General Motors la compensation des frais de l’organisation du marché. La société canadienne « Magna » l’a fait aussitôt, tandis que « Sberbank » a proposé à « General Motors » de payer les réparations sans procédures en justice. Le chef de la banque German Gref a déclaré que si le constructeur américain ne répond pas à cette demande, « Sberbank » poursuivra la société en justice. Maintenant la banque russe a décidé de la somme qu’elle va demander, qui selon Vladislav Belov s’élève à 100 millions de dollars et selon d’autres sources à 100 millions d’euros.
    Le dédommagement des frais, avec ou sans intervention de la justice, mettra le point sur le marché échoué de la vente de l’« Opel ». Mais cela ne veut pas dire que la Russie essuie de grandes pertes. « Sberbank » sera dédommagé. La Russie va en tirer une leçon. « General Motors » conserve sa production en Russie. En plus, en automne on a décidé de l’implantation en Russie de la société « Magna ». Un des plus grands producteurs de pièces automobiles, Magna est prêt à transmettre aux producteurs russes ses technologies.

    Lire aussi:

    PSA-Opel, un mariage qui déplaît à la belle-famille allemande
    La plus grande banque russe teste un drone pour transporter de l’argent liquide
    Les banques russes, nouvelles cibles des radicaux ukrainiens
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik