Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    FAITS DIVERS ET SOCIETE

    Actualités
    URL courte
    0 102

    Au sommaire de cette édition :

    En envisageant l’avenir avec optimisme
    Les projets de la corporation « Rosnano »
    Un vaccin contre la xénophobie

    En envisageant l’avenir avec optimisme

    La crise économique évolue lentement en Russie et la plupart des habitants réussissent à s’y adapter, ont conclu les sociologues du Centre Levada ayant engagé un sondage à la fin de l’année en cours. Les sondés estiment que la crise globale a nui sans doute à leur bien-être mais les démarches de l’administration portent à l’optimisme. Les citoyens s’attendent aux changements vers le mieux.
    Qui plus est, les habitants sont plus optimistes que les experts, dit le directeur du Centre Levada Lev Goudkov
    Selon la plupart des experts, la crise économique entraîne les problèmes plus sérieux en Russie qu’à l’étranger. Cela est dû aux lacunes de la période de croissance. Les habitants sont d’avis que l’année a été plus difficile que les précédentes mais moins compliquée que 1998, celle du défaut de paiement. Les plus pauvres, surtout les habitants des villes où le nombre d’emplois est brusquement réduit, et les plus riches se heurtent aux problèmes tout particulièrement sérieux. Cependant, ils parviennent mieux à les surmonter qu’en 1998. La plupart des habitants du pays estiment que la situation évolue dans une bonne voie.
    Beaucoup de catastrophes se sont produites à la fin de l’année : l’explosion du Nevski Express, l’incendie à Perm ayant fait 150 victimes, l’épidémie de la grippe porcine. Ce sont les événements signalés par les sondés. Les tragédies ont évincé les cataclysmes politiques et les événements positifs. Les sondés n’ont mentionné parmi eux que l’élection du Patriarche de l’Eglise Orthodoxe Russe Cyrille.
    Les habitants de Russie n’ont pas changé de favoris, dit Lev Goudkov.
    Ils font toujours confiance au président et au Premier ministre ainsi qu’à l’église et à l’armée. Ces institutions non pragmatiques jouent le rôle des symboles de la nation. Ce sont des institutions dont dépend la situation dans le pays et auxquelles les habitants se heurtent tous les jours.
    Le sondage engagé par le Centre Levada a confirmé la tendance à la baisse de l’intérêt à la politique. Les habitants attribuent une grande importance aux valeurs familiales et signalent parmi les événements les plus sérieux les mariages, la naissance des enfants, les anniversaires.

    Les projets de la corporation « Rosnano »

    L’avenir de l’économie russe appartient aux nanotechnologies, telle est l’idée maîtresse de l’allocution du directeur général de la corporation « Rosnano » Anatoli Tchoubais ayant dressé le bilan du développement du secteur en 2009. La corporation a approuvé 61 projets et leur nombre sera bientôt multiplié. Selon Tchoubais, les ventes de produits fabriqués avec emploi des nanotechnologies constitueront 900 milliards de roubles d’ici 2015.
    La sphère d’intérêts de « Rosnano » est diversifiée : depuis la production des nanocomposites largement utilisés dans les constructions mécaniques et l’astronautique jusqu’à la médecine. Il est difficile d’énumérer les projets clés très importants pour la corporation et le pays :
    Par exemple, l’optoélectronique. St-Petersburg fournit les diodes luminescentes de très haute qualité. Nous sommes convaincus qu’elles seront utilisées partout dans les 5 à 10 ans à venir : dans les rues, les transports, la médecine, etc. De tels luminaires sont de sept fois plus efficaces et leur délai d’exploitation et de 50 fois supérieur. Ou bien l’énergie solaire. Nous construisons une grande usine à Tcheboksary en y investissant 20 milliards de roubles. Il est prévu d’y implanter les technologies sans précédent. Nous nous proposons de faire en sorte que la Russie se classe parmi les joueurs clés au marché mondial. Nous mettons en œuvre de multiples projets dans la médecine, notamment dans l’oncologie : dans des cas les plus désespérés, dans le diagnostic, etc.
    Les projets présentés par « Rosnano » intéressent tant les fournisseurs russes que les investisseurs étrangers. Nous avons signé les accords sur l’octroi d’un milliard d’euros de crédits pour réaliser les projets innovants et sur l’institution d’un fonds conjointement avec la BERD.
    La corporation déploie les efforts pour assurer les crédits en vue de mettre en œuvre les projets concrets, précise Anatoli Tchoubais, en recherchant les ressources financières au marché :
    Nous avons décidé d’aménager la bourse NASDAQ conjointement avec la Bourse monétaire interbancaire de Moscou. Ce sera une nouvelle place qui offrira aux compagnies la possibilité de se développer et d’assurer l’afflux de capitaux immédiatement du marché. L’Institut de cellules de tronc a placé pour la première fois les OPA à la bourse.
    En plus de promouvoir et de financer les projets, « Rosnano » projette d’instituer un fonds de capital risque conjointement avec les compagnies dans la Vallée du Silicium aux Etats-Unis. « Nous avons des moyens nécessaires et nous sommes prêts à développer les projets d’envergure en Russie », dit Anatoli Tchoubais.

    Un vaccin contre la xénophobie

    « Beaucoup de peuples – un pays », tel est le mot d’ordre de la campagne informationnelle dans les médias visant à raffermir la tolérance nationale.
    Les stars des sports, du cinéma et du show business formulent dans les cinq spots diffusés sur les chaînes fédérales de télévision leurs opinions sur les rapports interethniques, la tolérance interconfessionnelle et interethnique. Ce projet réalisé sur commande du ministère russe du développement régional est destiné à plus de 80 millions de téléspectateurs dans 300 villes russes, en premier lieu aux jeunes. Il est mis en œuvre pour assurer la prophylaxie de l’extrémisme ethnique, a dit le vice-ministre du développement régional Maxim Travnikov.
    Si nous stimulons, d’une part, le développement ethnoculturel en parlant aux peuples de nos pays des traditions, de la culture, des us et coutumes de telles ou telles ethnies et de l’autre – consolidons l’identité civile, nous parviendrons à régler les problèmes dus à la xénophobie, à l’intolérance, aux affrontements interethniques.
    « La force de notre pays réside dans nos nationalités », « le peuple russe, ce sont tous les habitants de Russie », « nous sommes différents mais nous faisons une cause commune », « la Russie est une symphonie des nations » — des millions d’habitants de Russie entendront ces propos à la télévision. Ils seront prononcés par l’animateur Nikolaï Drozdov, Liaissan Outiacheva, six fois championnes du monde de gymnastique artistique, le soliste du groupe « Moumi Troll » Ilia Lagoutenko, le chanteur Timati, la championne olympique la patineuse Elena Berejnaïa,
    La société a subi ces dernières décennies en plus de la crise idéologique, la crise d’identité nationale civile, affirment les initiateurs du projet « Beaucoup de peuples – un pays ». Néanmoins, les habitants de Russie aspirent à s’unir car ils appartiennent à l’immense pays ayant la culture richissime. D’après le Centre d’étude de l’opinion VTSIOM, plus de la moitié des étudiants russes se considèrent avant tout comme les habitants de Russie en mettant le cap sur l’identification civile, indique le directeur du Centre Valery Fedorov :
    Cela confirme que les citoyens maintiennent un certain équilibre entre leur identité nationale et civile. Ces deux identités n’entrent pas en conflit ce qui est très important.
    La nation civile russe est en voie de formation. Il faut remplir ce processus de contenu positif et d’un sens profond qui consoliderait la société et donnerait une nouvelle impulsion au développement énergique de la Russie, indiquent les initiateurs du projet télévisé. Ils espèrent que la campagne visant à faire de la propagande de la tolérance nationale sera infinie. C’est une sorte de vaccin contre la xénophobie dans un pays habité de plus de 180 peuples parlant 239 langues. Intéresser les gens en leur racontant que l’immense quantité de peuples aux traditions séculaires habitent en Russie, telle est la mission des participants au projet « Beaucoup de peuples – un pays ».

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik