Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    UN CONCOURS NUISIBLE

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    L’expert gouvernemental, économiste Vladimir Maou dans son article pour le journal « Les questions économiques » critique une des mesures principales de la lutte contre la crise – le soutien des grandes entreprises.

    L’expert gouvernemental, économiste Vladimir Maou dans son article pour le journal « Les questions économiques » critique une des mesures principales de la lutte contre la crise – le soutien des grandes entreprises. La plupart des entreprises sauvées est en faillite, et le soutient qui leur est apporté empêche de résoudre le problème de la modernisation active.
    Les entreprises qui recevront cette aide, même s’ils sont moins efficaces pourront vaincre leurs concurrents plus efficaces. La plupart des compagnies sauvées sont les rudiments de l’ancienne économie : personne n’a proposé un programme net de la modernisation
    Le sauvetage des grandes entreprises est une des premières mesures de la lutte contre la crise. La commission gouvernementale sur le développement économique stable a présenté leur liste en décembre dernier. Trois cent compagnies en fond partie, par exemple, « Gazprom », « Aeroflot », « Rusal », « AvtoVAZ », les entreprises du bâtiment et quelques dizaines d’entreprises de défense. Il n’y avait pas de choix soutenir où pas les grandes entreprises. Il s’agit non seulement des causes sociales, mais aussi de la peur de perdre sa propre industrie. Il existe deux raisons à cause desquels on n’a pas changé de management dans les entreprises, il n’y avait pas de nouveaux prétendants où bien ils coûtaient très cher. La plupart de ces entreprises sont les premières dans leurs domaines, mais leur direction n’est pas très efficace. Le gouvernement n’a pas pu aider les entreprises moyennes et petites. Tout cela avait un effet très négatif. Au lieu de s’occuper de la modernisation, touts les efforts des compagnies ont été destinés à l’obtention de l’argent. Le gouvernement devait dépenser plus pour les mesures sociales, parce qu’en aidant les entreprises, le gouvernement soutenait les propriétaires et les dirigeants inefficaces.


    COMMENTAIRE

    Les grandes entreprises influencent fortement le volume de la production. On peut donner l’exemple de « AvtoVAZ », d’une grande entreprise de défense, où bien une grande raffinerie du pétrole. Si elles ne fabriquent pas les produits qui sont demandée et si elles ont besoin d’être subventionnée, elles ne correspondent pas aux exigences du marché et des consommateurs. Il existe deux options : changer de structure ou bien réduire la production. Mais il vaut mieux décider, si on a encore besoin de cette entreprise, où bien il faut investir des projets qui promettent des changements progressifs dans la structure de l’économie russe.

    Lire aussi:

    Le monarque républicain est-il nu ?
    Les USA principale victime de leurs nouvelles sanctions selon The Hill
    Macron, le détricoteur du code du travail
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik