Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Ukraine: Timochenko dénonce des poursuites contre son équipe

    Actualités
    URL courte
    L'Ukraine après présidentielle 2010 (184)
    0 0 0 0

    Le service de sécurité ukrainien (SSU) a engagé des poursuites politiques à l'encontre des membres de l'ancienne équipe gouvernementale, affirme l'ancien Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko sur son site web.

    Le service de sécurité ukrainien (SSU) a engagé des poursuites politiques à l'encontre des membres de l'ancienne équipe gouvernementale, affirme l'ancien Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko sur son site web.

    "Hier les sévices de sécurité ont arrêté l'ancien directeur général des Douanes qui travaillait au sein du gouvernement que je dirigeais. C'est Anatoli Makarenko. C'est la première fois que l'on jette en prison non pas des criminels, mais des officiers qui ont toujours servi et servent l'Ukraine et ses intérêts nationaux", est-il indiqué Mme Timochenko.

    Selon l'ancien Premier ministre, M.Makarenko a été arrêté en rapport avec le procès engagé sur les préjudices portés à l'Etat ukrainien: en conformité avec la décision du tribunal international d'arbitrage de Stockholm, l'Ukraine doit rembourser 11 milliards de m3 de gaz au trader suisse RosUkrEnergo, ou payer une compensation financière.

    Ioulia Timochenko assure que le responsable a été arrêté pour des raisons politiques en tant que membre de son équipe.

    Fondé en juillet 2004 et enregistrée en Suisse, le groupe RosUkrEnergo est une entreprise qui achète du gaz naturel en Asie Centrale pour le transporter vers l'Europe de l'Est. En janvier 2009, 11 milliards de m3 de gaz livrés par ce trader ont été détournés par l'ukrainien Naftogaz; pour cette raison RosUkrEnergo a porté une plainte auprès du tribunal d'arbitrage de Stockholm.

    Le 8 juin 2010 le tribunal a réglé ce litige au profit du trader suisse.

    Dossier:
    L'Ukraine après présidentielle 2010 (184)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik