Ecoutez Radio Sputnik
    Serguei Lavrov : le règlement du conflit au Proche-Orient dépend des efforts communs des quatre intermédiaires

    Serguei Lavrov : le règlement du conflit au Proche-Orient dépend des efforts communs des quatre intermédiaires

    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    La Russie salue la reprise des pourparlers directs entre l'Israël et l'Autorité palestinienne, a déclaré Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires Etrangères, à la veille du deuxième round des pourparlers à Charm el-Cheikh.

    La Russie salue la reprise des pourparlers directs entre l'Israël et l'Autorité palestinienne, a déclaré Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires Etrangères, à la veille du deuxième round des pourparlers à Charm el-Cheikh. Pour le ministre l'ordre du jour n'est pas assez claire mais le fait même d'entrer en pourparlers est un fait incontestablement positif.

    Les contacts directs entre Benyamin Netanyahou et Mahmoud Abbas, interrompus il y a plusieurs années, ont repris le 3 septembre dernier à Washington. Ce sont les Etats-Unis qui ont fait les parties se mettre à table des négociations. Cette rencontre représente un grand succès pour les Américains : Barack Obama a besoin d'un avantage à la veille des élections législatifs surtout si l'on prend en compte les échecs militaires en Afghanistan et en Irak. C'est pourquoi on a eu l'impression que les pourparlers à Washington n'avaient que cela pour but. D'où la critique de l'ordre du jour par le ministre russe des Affaires Etrangères. La tête de la diplomatie russe a fait comprendre que les Américains ne doivent pas agir sans ses partenaires : la Russie, l'Union européenne et l'ONU. Sergueï Lavrov estime que le succès ne peut être atteint qu'avec la participation de toutes les parties intéressées.

    On ne peut pas garantir à cent pour le succès de ces pourparlers. On comprend tous quelles difficultés et quelles contradictions existent sur tous les points liés à la création de l'Etat palestinien et à la détermination de son statut définitif. Mais la chance de succès existe. La Russie, l'Union européenne, l'ONU et, j'espère, la Ligue arabe feront tout pour que ces pourparlers réussissent.

    La rencontre à Charm el-Cheikh débute sans l'ordre du jour préalablement établi. Les Israéliens insistent sur des questions de sécurité ainsi que la reconnaissance de l'Israël en tant que l'Etat de tout le peuple juif. Les Palestiniens proposent de commencer par la détermination des frontières de leur futur Etat et du statut de Jérusalem. En outre, l'arrêt de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens est pour eux la condition sine qua non de la poursuite de ces pourparlers. Le moratoire israélien sur les activités des colons expire le 26 septembre. Si l'on n'arrive pas à trouver un compromis, les pourparlers peuvent se bloquer.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik