Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie et les États-Unis ont leve les derniers obstacles a l'adhestion de la Russie a l'OMC

    La Russie et les États-Unis ont leve les derniers obstacles a l'adhestion de la Russie a l'OMC

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    La Russie vient de clore les consultations bilatérales avec les États-Unis concernant son adhésion à l'OMC, - ont constaté les présidents Medvedev et Barack Obama  dans un entretien téléphonique de vendredi dernier.

    Le message de la Maison Blanche sur l'entretien téléphonique entre deux présidents met l'accent sur le fait que la Russie a adopté des actes législatifs importants garantissant une protection efficace de la propriété intellectuelle et est engagée dans le processus qui rendra sa législation conforme aux engagements internationaux et permettra d'accélérer les négociations multilatérales visant son adhésion à l'OMC. A son tour, le service de presse du Kremlin a confirmé que les deux présidents étaient disposés à travailler la main dans la main, y compris dans le format multilatéral.

    Rappelons que déjà en été, lors de la visite de juin de Dmitri Medvedev à Washington, les parties ont convenu de régler les questions restantes en prévision de l'adhésion de la Russie à l'OMC. Les négociateurs ont parfaitement respectés les délais fixés, - a antérieurement fait savoir aux journalistes le ministre russe des finances Alexei Koudrine. Selon lui, c'est le groupe de travail à Genève qui est désormais supposé faire le gros du travail.

    Il reste à régler un train de problèmes en modifiant en conséquence le texte final relatif à l'entrée de la Russie dans l'Union douanière avec la Biélorussie et le Kazakhstan, ce qui représente, mine de rien, une trentaine de rubriques. Restent également certaines questions de la part de l'UE concernant les taxes d'exportation sur le bois. Il y a aussi des problèmes ayant trait aux subventions agricoles et aux quotas d'importation de viande. L'ensemble des formalités ne sera pas réglé avant la fin de l'année, - pense l'adjoint du directeur de l'Institut russe des États-Unis et du Canada Victor Soupian.

    Conformément à la Charte de l'OMC, chaque candidat doit s'entretenir séparément avec chacun des pays membres. Il s'agit la plupart du temps des petits pays, comme la Géorgie. Je n'ai, malheureusement, aucune information sur le règlement de toutes les questions qui concernent la Géorgie. Ce problème serait surmonté à son tour du fait de l'influence des États-Unis sur la Géorgie et l'OMC dans son ensemble. Par conséquent, le fait d'arriver à une entente avec les États-Unis peut permettre  d'accélérer l'ensemble des formalités. Pourtant, je me garderait bien d'indiquer  des délais concrets. On peut seulement supposer que la Russie adhérera à l'OMC au cours de l'année prochaine.

    Elle n'acceptera l'ensemble des contraintes et des engagements que cela suppose qu'en devenant membre à part entière de l'OMC, - pense le premier ministre Vladimir Poutine. Cette position est juste surtout quand on sait que les négociations se poursuivent depuis 17 ans. Toujours selon Poutine, le fait de prendre tout le temps de nouveaux engagements sans profiter en retour des avantages que procure le statut de membre à part entière de l'OMC, est susceptible de limiter sérieusement le développement économique de la Russie.

    Lire aussi:

    Les Brics font front commun pour le libre-échange
    Les USA refusent de nouveau le statut d’économie de marché à la Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik