Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie compte sur la ratification du traité START avant la fin de l'année

    La Russie compte sur la ratification du traité START avant la fin de l'année

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Sergueï Lavrov espère que les raisons de conjoncture ne vont pas empêcher le Congrès des États-Unis de ratifier le traité START avant la fin de l'année. Le ministre russe des Affaires étrangères a fait cette déclaration aux journalistes à Seoul.

    Sergueï Lavrov espère que les raisons de conjoncture ne vont pas empêcher le Congrès des États-Unis de ratifier le traité START avant la fin de l'année. Le ministre russe des Affaires étrangères a fait cette déclaration aux journalistes à Seoul. En touchant aux autres problèmes internationaux le ministre a espéré que la fin de la période de "post-guerre froide" allait se terminer au prochain sommet Russie-OTAN à Lisbonne.

    "Non seulement on va mettre fin à cette période, mais on va aussi formuler des objectifs de promotion du partenariat stratégique. Certes, le partenariat stratégique doit être développé sur la base de l'égalité et du respect des accords déjà signés entre la Russie et l'OTAN. Ce sont premièrement les engagements de ne pas renforcer la sécurité d'un pays aux dépens de la sécurité de l'autre partenaire. Deuxièmement, c'est le travail au Conseil Russie-OTAN non seulement dans la combinaison "28 contre 1" mais pour que chaque pays puisse intervenir en sa qualité nationale."

    Sergueï Lavrov compte qu'on puisse non seulement étayer ces bases fondamentales de la coopération mais qu'on puisse aussi formuler les voies de leur concrétisation. Cela concerne notamment la création d'un bouclier antimissile commun par la Russie et l'OTAN. En même temps le ministère russe des Affaires étrangères estime qu'il y a peu de chances que la Russie et l'OTAN créent un système commun de défense antimissile.

    "Je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un dans l'OTAN qui croit possible d'avoir une clé commune avec nous à un tel système si celui-ci devient réel. Je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un qui croie que nous allons rendre notre clé ou bien que les Américains rendront la leur. Mais sur la base de la compatibilité des potentiels on peut chercher des voies de coopération."

    Ce n'est qu'avec une bonne volonté de coopérer sur la base de l'égalité et tenant compte des intérêts de chacun que ce projet devient réel, a noté Sergueï Lavrov.

    Lire aussi:

    De quoi ont parlé Lavrov et Stoltenberg?
    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    20 ans plus tard, les relations Russie-Otan sont au plus bas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik