Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou hostile au règlement des crises politiques par la force

    Moscou hostile au règlement des crises politiques par la force

    Actualités
    URL courte
    0 02

    Moscou espère qu'en observant ce qui se produit en Afrique du Nord et au Proche-Orient, les pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et d'autres Etats comprendront qu'il est impossible de régler les crises politiques par la force, a dit vendredi Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe.

    Moscou espère qu'en observant ce qui se produit en Afrique du Nord et au Proche-Orient, les pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et d'autres Etats comprendront qu'il est impossible de régler les crises politiques par la force, a dit vendredi Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe.

    "La communauté internationale ne doit pas encourager les tentatives de résoudre des problèmes politiques par la force, mais inciter, en revanche, les hommes politiques à se mettre à la table des négociations pour s'entendre. J'espère que tant les pays de la CEI que d'autres parties du monde le comprendront", a déclaré M.Lavrov à l'issue d'une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères (CMAE) de la CEI à Kiev.

    Ces derniers mois, plusieurs pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord sont parcourus par un vent de contestation populaire qui a déjà balayé les régimes tunisien et égyptien. Des manifestations antigouvernementales se sont aussi déroulées à Bahreïn, en Syrie et au Yémen où des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées. En Libye, la confrontation entre autorités et insurgés a dégénéré en guerre civile dans laquelle la communauté internationale s'est ingérée.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    Les terroristes internationaux optent pour un «djihad autonome»
    Turquie, Balkans, Suisse: pays de transit des djihadistes de retour des zones de combat
    Les finalistes et la gagnante du concours de beauté Miss CEI 2018
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik