Ecoutez Radio Sputnik
    Poutine et Medvedev en lice pour les présidentielles? (Revue de presse)

    Poutine et Medvedev en lice pour les présidentielles? (Revue de presse)

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, n'a pas exclu, mercredi, de se présenter comme candidat aux prochaines élections présidentielles en 2012. Une déclaration analogue a été faite la veille par le président Dmitri Medvedev, rapporte ITAR-TASS.

    Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, n'a pas exclu, mercredi, de se présenter comme candidat aux prochaines élections présidentielles en 2012. Une déclaration analogue a été faite la veille par le président Dmitri Medvedev, rapporte ITAR-TASS.

    Ces deux déclarations ont suscité de vives discussions entre les experts. Les différents points de vue sur les évènements en cours et les prévisions sont diamétralement opposés mais personne ne doute que la situation avant la présidentielle russe devienne de plus en plus tendue.

    « Dmitri Anatolievitch (Medvedev) et moi n'excluons pas que chacun de nous deux puisse se présenter aux élections présidentielles. Mais nous partirons des réalités qui se présenteront à la veille des élections, de la situation économique, sociale, politique, et nous prendrons la décision qui conviendra le mieux », a déclaré M. Poutine, cité par le quotidien Izvestia.

    Le président russe a annoncé mardi dans une interview à la télévision chinoise ce qu'il pensait de la présentation de sa candidature pour un second mandat. « Quant à l'avenir, personne ne peut évidemment le connaître. Mais en tant que chef d'Etat en exercice, j'y pense bien sûr (car) je suis tout simplement obligé de le faire. Je n'exclus pas de pouvoir briguer un deuxième mandat présidentiel. La décision (à ce sujet) sera prise dans un assez bref délai », a-t-il annoncé.

    M. Medvedev a, de fait, souligné à deux reprises que la décision concernant sa candidature à l'élection présidentielle serait prise prochainement, rapporte Izvestia.

    M. Poutine a pour sa part laissé entendre qu'il attendrait les élections législatives de décembre 2011 avant de se prononcer. « Certes, cette décision doit être prise tôt ou tard mais l'élection (présidentielle) aura lieu dans un peu moins d’un an et ce tapage médiatique autour de l'élection ne contribue pas à organiser le travail normalement. Si nous lançons aujourd'hui des signaux incorrects, la moitié de l'administration (présidentielle) et plus de la moitié du gouvernement cesseront de travailler dans l'attente de changements tandis que chacun doit piocher son terrain à lui comme Saint François », a-t-il noté.

    Les politologues pensent que le nom du candidat à la présidentielle de 2012 sera annoncé peu avant le début de la campagne électorale, indique Izvestia.

    « Le fait d'annoncer le candidat avant terme risque d'engendrer des ondes bureaucratiques et une réorientation des fonctionnaires régionaux. Cela peut déséquilibrer le système, une perspective que Medvedev et Poutine voudraient éviter », estime le doyen de la faculté de politologie appliquée de l'Ecole supérieure d'économie, Mark Ournov.

    Le 13 avril 2011 est devenu le jour de l’effondrement définitif du mythe du tandem « un et indivisible », commente Moskovski Komsomolets. Les déclarations réciproques de Medvedev et de Poutine sont très vagues. Du point de vue formel, il n'y a pas lieu de parler d'une scission au sein du tandem. Mais les deux dirigeants russes ont clairement laissé entendre : chacun est prêt à accéder à la présidence pour le mandat suivant.

    Il semble que les douze prochains mois seront très intéressants pour notre pays. La réponse de Poutine à l'interview très équivoque de Medvedev ne s'est pas fait attendre. Le Premier ministre a estimé possible de se présenter lui aussi à la présidentielle. Les propos de Poutine étaient en apparence on ne peut plus polis à l'égard de son supérieur officiel mais les deux dirigeants ont, de fait, entamé une discussion implicite. Moskovski Komsomolets demande de ne pas chicaner sur des paroles concrètes. L'essentiel réside non pas dans la sémantique mais dans la nature politique des faits, peut-on lire dans ce journal. Nous entrons dans une étape absolument nouvelle de la vie politique du pays, étape qui pourrait aboutir à n'importe quoi, note le journal.

    Nezavissimaïa Gazeta cite quant à lui des experts comme Alexeï Malachenko, membre du conseil scientifique du Centre Carnegie de Moscou, qui considère que « personne n'a d'informations réelles sur les élections, peut-être même ni Poutine ni Medvedev ». « Je n'exclus pas la création d'un système fonctionnant d'une part pour l'Occident et d'autre part pour le marché intérieur. Ce système pourrait s'avérer avantageux pour les deux hommes car ils se compléteront et se contrôleront mutuellement », reprend Alexeï Malachenko.

    Le politologue Alexeï Moukhine fait pour sa part remarquer qu'après la déclaration de Medvedev la confusion au sujet de la présidentielle de 2012 n'a pas disparu : « Il est évident que Poutine ne doit pas réagir tout de suite. Medvedev a seulement confirmé que la décision (à ce sujet) serait prise en fonction de la situation. C'est ce qu'il a déjà dit à plusieurs reprises », a-t-il relevé. D’ailleurs, Poutine et Medvedev pourraient ne pas se présenter à la présidentielle, considère l'interlocuteur de Nezavissimaïa Gazeta. « Ce sera vraisemblablement une tierce personne. C'est pour ça qu'un tel imbroglio se maintient », a-t-il souligné.

    La directrice du Centre d'étude des élites de l'Institut de sociologie de l'Académie des sciences de Russie, Olga Krychtanovskaïa, ne comprend pas les causes de l'animation provoquée par les propos de Medvedev et de Poutine. Elle estime que les membres du tandem se sont concertés entre eux. Selon elle, le fait que les propos de Medvedev étaient cette fois moins vagues est facilement explicable : « A l'approche des élections, les déclarations deviennent de plus en plus concrètes. Donc, ce n'est pas une détermination. C'est le fait d'être de plus en plus concret en public ».

    Lire aussi:

    Après son investiture, Poutine propose son candidat au poste de Premier ministre
    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Poutine s’exprime sur son éventuelle participation à la présidentielle de mars 2018
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik