Ecoutez Radio Sputnik
    Nucléaire iranien: Ashton prépare sa réponse à Téhéran

    Nucléaire iranien: Ashton prépare sa réponse à Téhéran

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    La Haute représentante de l'UE Catherine Ashton prépare sa réponse à Téhéran qui est prêt à reprendre les discussions avec les six médiateurs internationaux à propos de son énergie nucléaire, a annoncé mercredi sa porte-parole Maja Kocijancic.

    La Haute représentante de l'UE Catherine Ashton prépare sa réponse à Téhéran qui est prêt à reprendre les discussions avec les six médiateurs internationaux à propos de son énergie nucléaire, a annoncé mercredi sa porte-parole Maja Kocijancic.

    "Nous avons reçu une lettre hier. Nous l'examinons actuellement et la réponse de Mme Ashton suivra prochainement", a-t-elle indiqué.

    Dans sa lettre le négociateur iranien sur le nucléaire, Saïd Jalili, a salué l'intention des Six médiateurs (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Allemagne) de renouer le dialogue avec l'Iran et a souligné que les négociations devaient être justes et se dérouler sans aucune pression.

    La dernière rencontre entre les parties s'est déroulée à Istanbul les 21-22 janvier dernier sans que la réunion ne débouche sur un résultat, selon Mme Ashton.

    L'AIEA et les Six cherchent depuis 2003 à obtenir de l'Iran qu'il renonce à ses travaux d'enrichissement d'uranium qui constituent une menace pour le régime de non-prolifération nucléaire. Les négociations saignent depuis 2009.

    Plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire mené, selon Téhéran, à des fins pacifiques.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik