Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Pakistan/nucléaire: Ahmadinejad parle des projets de sabotage US

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé mardi Washington de projeter des actes de sabotage sur les sites nucléaires pakistanais, rapporte la chaîne de télévision DawnNews.

    Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé mardi Washington de projeter des actes de sabotage sur les sites nucléaires pakistanais, rapporte la chaîne de télévision DawnNews.

    "Nous sommes en possession d'une information précise sur des plans américains d'actes de sabotage sur les sites nucléaires pakistanais pour placer le Pakistan sous le contrôle de Washington et affaiblir ainsi le gouvernement et le peuple de ce pays", a déclaré le président de la République islamique lors d'une conférence de presse à Téhéran.

    Selon M.Ahmadinejad, en cas de réussite, les Etats-Unis envisagent de faire appel au Conseil de sécurité de l'Onu et à d'autres organisations internationales afin de pouvoir s'implanter militairement au Pakistan et affaiblir sa souveraineté nationale.       

    Quoi qu'il en soit, le président iranien ne donne aucun détail pour conforter ses dires, constatent les médias. Pour le moment, les officiels pakistanais n'ont aucunement réagi aux propos de M.Ahmadinejad.

    Auparavant, il avait accusé les Américains d'avoir emprisonné le leader de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda Oussama ben Laden avant de l'assassiner dans l'intérêt de leur politique intérieure.

    Selon Washington, l'inspirateur des attentats du 11 septembre 2001 a été éliminé par un commando US dans la nuit du 1er au 2 mai dans le nord-est du Pakistan. Sa dépouille a été jetée dans l'océan Indien.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    Le Pakistan proteste contre les déclarations de Trump, l’ambassadeur US convoqué
    Le Pakistan prêt à utiliser l'arme nucléaire contre l'Inde?
    Trump pousse le Pakistan à s'allier avec Pékin et Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik