Ecoutez Radio Sputnik
    Le Parquet lituanien entend condamner par contumace l’ex-commandant du détachement « Alpha »

    Le Parquet lituanien entend condamner par contumace l’ex-commandant du détachement « Alpha »

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Le Parquet de Lituanie entend condamner par contumace l’ex-commandant du détachement « Alpha » MIkhaïl Golovatov. Le procureur général Darius Valis a déclaré que les amendements nécessaires au Code pénal seraient concertés prochainement. Vilnius accuse toujours l’Autriche de « violation grossière du droit de l’UE ». Certains députés du parlement lituanien insistent sur la rupture des relations diplomatiques avec Vienne.

    Mikhaïl Golovatov a été arrêté le 14 juillet à Vienne sur demande du Parquet général lituanien. Or, il a été remis 48 heures après en liberté « faute de motifs suffisants d’arrestation et d’extradition ». Le Parquet lituanien a réagi sans tarder, promettant d'insister sur l’examen des actes de l’Autriche à l’Eurojust :  

    Le Parquet général apprécie les actes des organes compétents en vue d’exécuter le mandat d’arrêt européen de Golovatov comme une violation flagrante du droit international et du droit de l’UE. 

    Mikhaîl Golovatov est accusé en Lituanie d’organisation et de participation active à l’assaut de la tour de la télévision à Vilnius en 1991. L’enquête sur ces événements continue en Lituanie à l’égard de 24 suspects, notamment de Golovatov. Plusieurs experts n’excluent pas les provocations de la part de groupes radicaux mais ce fait n’est pas pris en considération. Les arguments de la partie lituanienne sont plus que douteux, estime l’avocat Mikhaïl Ioffe, directeur du Centre d’assistance judiciaire aux compatriotes « Moscou – Russes » :

    "Il n’y a pas de données confirmant que ces suspects aient tué qui que ce soit. Plus de vingt ans se sont écoulés depuis ces événements. Ces actes ne constituent pas un crime, chacun de ces gens, en particulier le colonel Golovatov, ayant exécuté l’ordre de l’administration du pays et du ministère de l’intérieur. Le tribunal autrichien estime qu’il n’y avait pas de fondements légaux pour arrêter Golovatov malgré le mandat d’arrêt européen.  

    La partie lituanienne insiste, néanmoins, sur le bien-fondé de ces exigences. L’ambassadeur d’Autriche s’est vu remettre lundi une note de protestation au ministère des Affaires Etrangères. De l’avis des experts, Vilnius essaie de politiser l’affaire pour réaliser ces objectifs, notamment pour attiser le « dossier » de l’occupation de la Lituanie par l’URSS, estime Mikhaïl Ioffe.   

    Le premier ministre lituanien Andrius Koubilius a déclaré que Vienne avait méprisé la solidarité européenne dans cet aspect très important pour la Lituanie. Le chef du Comité parlementaire pour les Affaires Etrangères Emanuelis Zingeris, comparant Golovatov à Ratko Mladic, a exhorté à rompre les relations diplomatiques entre les deux pays ayant comparé Golovatov à Ratko Mladic. Le politologue lituanien Vladimiras Lautchus a qualifié l’Autriche de « vilain petit pays » et d’« opprobre de l’UE ». Vienne préfère pour le moment de ne pas réagir aux offenses de la part de Vilnius.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik