Ecoutez Radio Sputnik
    Géorgie: Saakachvili est une pathologie et une anomalie du peuple (Lavrov)

    Géorgie: Saakachvili est une pathologie et une anomalie du peuple (Lavrov)

    Photo: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le président Mikhaïl Saakachvili est une pathologie et une anomalie en ce qui concerne l

    Le président Mikhaïl Saakachvili est une pathologie et une anomalie en ce qui concerne l'histoire du peuple géorgien, a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov au terme d'un entretien avec son homologue sud-coréen Kim Sung-Hwan, en visite officielle à Moscou.

    "Il est évident que le président Saakachvili est une pathologie et une anomalie au regard de l'histoire du peuple géorgien, qui a en outre reçu une très mauvaise éducation. Toutefois, comme l'a affirmé le président Medvedev, nous n'associons pas le peuple géorgien à ce personnage, et restons prêts à développer des contacts pragmatiques et mutuellement avantageux dans de différents domaines avec la Géorgie, tant qu'il ne s'agit pas de M. Saakachvili", a indiqué le chef de la diplomatie russe.

    Selon lui, les liens dans les secteurs de l'énergie et des transports, ainsi que dans le domaine humanitaire, n'ont jamais été coupés. "Nous restons également prêts à développer les relations commerciales, ainsi que l'a énoncé le président russe. A condition, évidemment, de respecter les normes et les règles existantes, sans tenter de les politiser", a déclaré M.Lavrov.

    "Nous ne traiterons jamais avec un homme qui a donné l'ordre criminel de tuer des casques bleus, de tuer des civils et en particulier des citoyens de la Fédération de Russie", a souligné le ministre des Affaires étrangères.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Accrochages à la frontière ukraino-polonaise pour la venue de Saakachvili
    «Il ne tiendra pas longtemps»: Saakachvili a passé une nuit sous une tente à Kiev
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik