Ecoutez Radio Sputnik
    Kosovo : l'UE fait le ménage

    Kosovo : l'UE fait le ménage

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Il s'agit d'un nouveau scandale sur la scène politique kosovare. La Mission civile europé

    Il s'agit d'un nouveau scandale sur la scène politique kosovare. La Mission civile européenne au Kosovo (EULEX) est en train d'enquêter sur un abus de fonctions dans le ministère de l'Intérieur pendant une procédure d'achat d'armes et de munitions pour la police kosovare. Les policiers d'EULEX ont déjà arrêté plusieurs fonctionnaires. Le nom du premier ministre kosovar Hashim Thaci figure dans cette affaire, affirme le quotidien de Pristina  Koha Ditore. Notre commentateur Petr Iskanderov fait le point sur la situation.

    "Les arrestations sont liées «à une enquête d’envergure concernant la corruption et le détournements de fonds» pendant une procédure d’achat d’armes et de munitions, lit-on dans un communiqué de la Mission européenne au Kosovo. Sans surprise, le communiqué ne souffle pas mot sur les détails de l'affaire. Cependant ceux-ci en disent long sur la situation actuelle au Kosovo.

    D'après les informations de Koha Ditore, il ne s'agit pas de simples irrégularités financières d'une procédure d'appel d'offres, lorsque les armes étaient achetées à double prix. La police kosovare placée sous la tutelle de l'UE, vendait les armes à un «groupe criminel organisé». C'est le premier ministre qui donnait le feu vert à des achats sans recueillir l'avis obligatoire des observateurs internationaux dont la mission de l'ONU.

    A noter que les achats d'armes et de munitions en question ont commencé, selon les enquêteurs, dès 2008, c'est-à-dire tout de suite après la proclamation de l'indépendance du Kosovo.  Hashim Thaci a notamment signé les documents autorisant l'achat en mars 2009. Pourquoi alors l'enquête n'est lancée que maintenant ? Il semblerait qu'elle n'est devenue possible que grâce à la détérioration des rapports entre l'Union européenne et Pristina, qui avait suivi l'opération des commandos kosovars contre les Serbes dans la région à la fin de juillet dernier". 

    Pour sauvegarder les négociations entre Belgrade et Pristina, l'Union européenne est prête à sacrifier quelques personnages devenus peu commodes, indique à la Voix de la Russie Alexandre Karassev de l'Institut des études slaves de l'Académie des sciences de Russie. 

    "L'Union européenne continuera sa politique rigide au Kosovo. Mais il ne faut pas oublier que tous les pays des Balkans intégreront l'Union un jour ou l'autre.  C'est inévitable. Aujourd'hui, il y a de nouvelles difficultés qui surgissent. Il faut voir ce fera l'Union européenne de ces difficultés. L'essentiel est de savoir si l'UE se décidera à affronter ouvertement Hashim Thaci. Malgré l'enquête initiée par l'APCE et la Mission européenne pour investiguer sur l'implication du Premier ministre kosovar dans l'affaire de la «transplantologie noire», Hashim Thaci semble ne pas avoir perdu de points. Il peut pourtant se voir sacrifié par les tuteurs européens en cas d'un nouveau problème au nord du Kosovo. Il faut encore que Thaci, son entourage et leurs amis américains acceptent les règles de ce jeu".

    Lire aussi:

    Les USA ont opté pour le président du Kosovo parce qu’il est facile de «le faire chanter»
    J’ai vu des femmes violées à Pristina: Kouchner prend la parole après 19 ans de silence
    Le Kremlin confirme que Poutine a eu un entretien avec le dirigeant kosovar à Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik