Ecoutez Radio Sputnik
    Iran: chef du Pentagone met en garde contre l'attaque

    Iran: chef du Pentagone met en garde contre l'attaque

    Photo: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le chef du Pentagone Leon Panetta a mis en garde contre les "conséquences imprévisibles" que pourrait avoir une action militaire contre l'Iran, rapporte vendredi l'agence Chine Nouvelle. "Sur cette question il faut prendre garde à la possibilité de conséquences inattendues.

     Le chef du Pentagone Leon Panetta a mis en garde contre les "conséquences imprévisibles" que pourrait avoir une action militaire contre l'Iran, rapporte vendredi l'agence Chine Nouvelle.

    "Sur cette question il faut prendre garde à la possibilité de conséquences inattendues. Elles auraient (…) un grave impact sur la région ainsi que sur les forces américaines qui y sont déployées", a déclaré M.Panetta lors d'une conférence de presse.

    Selon le responsable américain, une frappe contre les installations militaires iraniennes ne forcera pas Téhéran à renoncer à ses projets nucléaires, les retardant seulement de quelques années.

    La semaine dernière, des médias israéliens et occidentaux ont rapporté que le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu cherchait à convaincre ses ministres de soutenir une éventuelle attaque contre les installations nucléaires iraniennes. Le président israélien Shimon Peres a pour sa part déclaré dimanche dernier dans une interview à un quotidien israélien à propos du problème iranien que "la possibilité d'une attaque militaire était plus proche qu'une option diplomatique".

    Suite à ces propos, le porte-parole de la diplomatie russe, Alexandre Loukachevitch, a déclaré que l'usage de la force militaire contre l'Iran serait une erreur lourde de conséquences internationales.

    De son côté, le secrétaire générale de l'Onu, Ban Ki-moon, a exprimé son inquiétude face à un éventuel recours à la force et a souligné la nécessité de résoudre le différend nucléaire par le biais des négociations.

    Depuis 2003, les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Russie, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Allemagne) s'efforcent - conjointement avec l'AIEA - d'amener l'Iran à suspendre les travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de constituer une menace pour la non-prolifération nucléaire.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    Syrie: la cible d’Israël aurait été une base iranienne
    L'opération militaire israélienne ouvrirait un nouveau front en Syrie
    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik