Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Voix de la presse russe 10.02.2012

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Défendre la patrie! / Résultats de la privatisation: Poutine propose de fermer le thème / Les forces anti-Assad ont décidé de contourner l'ONU

    Défendre la patrie!

    Les partisans de Poutine marqueront le 23 février par un meeting de 200 000 participants. L'équipe électorale du candidat à la présidence Vladimir Poutine prépare un meeting patriotique de masse à Moscou. Cette fois il aura pour mot d'ordre «Défendre la patrie!». Les organisateurs prévoient la participation non seulement de Moscovites, mais aussi des habitants d'autres régions de Russie. Les partisans de Poutine se proposent de célébrer ainsi le 94e anniversaire de l'Armée et de la marine de guerre soviétiques. Rossiïskaïa gazeta

    L'action «Défendre la patrie!» est projetée comme le prolongement du meeting en faveur de Vladimir Poutine organisé le 4 février à Poklonnaïa gora. Selon la police de Moscou, celui-ci a rassemblé 146 000 personnes tandis que les organisateurs de la manifestation «Pour les élections honnêtes» estiment que le chiffre est surestimé. Des centaines de témoignages dans l'Internet attestent que tous les participants n'y sont pas venus bénévolement. Les administrations y ont envoyé les employés des préfectures, des écoles, des écoles supérieures, du fonds de pension, de la Sberbank, de la Poste de Russie et d'autres entreprises publiques. Kommersant

    Résultats de la privatisation: Poutine propose de fermer le thème

    Le premier ministre Vladimir Poutine estime que la privatisation des années 1990 n'a pas été «honnête» et propose au monde des affaires «de fermer ce thème» moyennant une cotisation en fonction du montant des actifs douteux. «Je pense que la société prise dans son ensemble et la classe patronale y sont inréressées», a dit Poutine. Il a avancé cette initiative inattendue lors du congrès de l'Union des industriels et hommes d'affaires de Russie. Anatoli Tchoubaïs, chef de Rosnano et un architecte de la privatisation des années 1990, pense que c'est impossible. Il a noté que la justesse de la privatisation s'était posée dans la majorité des pays de l'ancien camp socialiste ayant parcouru le chemin de la propriété d'Etat à la propriété privée. Or il ne connaît pas un exemple d'une solution lélgitime de ce problème. Vedomosti

    Le business en Russie n'est pas satisfait par le climat dans lequel il mène ses affaires. Des manoeuvres fiscales et budgétaires lui nuisent souvent au lieu de l'aider. Prenant la parole au congrès de l'Union des industriels et hommes d'affaires de Russie, le premier ministre Poutine a formulé l'initiative d'humaniser le Code pénal eu égard aux hommes d'affaires et a appelé à lever «des astuces et raisons formelles permettant d'exercer la pression sur les hommes d'affaires». Nezavissimaïa gazeta

    Les forces anti-Assad ont décidé de contourner l'ONU

    Des commandos britanniques et qataris ont été déployés en Syrie. L'agence Interfax l'a annoncé hier faisant référence aux médias israéliens et à leurs sources informées. Les commandos se trouvent aux environs de Homs, ils ne participent pas aux combats se présentant comme conseillers des opposants syriens. Entre-temps le Pentagone prépare un scénario militaire dans l'hypothèse de l'échec des efforts diplomatiques des Etats-Unis et de leurs alliés. Il ne s'agit pas seulement de l'aide aux réfugiés et de l'assistance médicale à la population, il est question d'une intervention militaire appuyée par les alliés de l'OTAN. Nezavissimaïa gazeta

    Le service de renseignement militaire d'Israël a rédigé un rapport d'après lequel le groupe chiite Hezbollah dont la menace aux «occupants sionistes» provient du Sud-Liban pouvait s'emparer des armes chimiques et bactériologiques syriennes. Les analystes israéliens déduisent que l'issue de la confrontation en Syrie est prédéterminée: le régime de Bachar al-Assad s'écroulera inévitablement. Pendant les premiers mois du conflit les hommes politiques israéliens s'abstenaient de critiquer vivement Bachar al-Assad. Les deux pays avaient beau se trouver en état de guerre, leur frontière était la plus calme dans la région. Tel-Aviv savait quoi attendre de la part de M. Assad. Par contre, les adversaires actuels de ce dernier parmi lesquels il y a beaucoup d'islamistes radicaux pouvaient, en cas de leur accession au pouvoir, jouer sur l'état d'esprit anti-israélien de la société et provoquer un conflit régional. Kommersant

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad s'est rendu en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine
    Kremlin: Poutine n’est pas l’avocat d’Assad, il défend le droit international
    Poutine précise les délais de la défaite des terroristes en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik