Ecoutez Radio Sputnik
    Un ultime hommage a été rendu six ans après les faits

    Un ultime hommage a été rendu six ans après les faits

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Les dépouilles des diplomates russes ayant péris en Irak en 2006 ont été rapatriées à Moscou.

    Les recherches des corps ne se sont pas arrêtées depuis le moment, où l’on a appris l’exécution des Russes par des terroristes. Ils ont été identifiés grâce à une expertise ADN. Les restes sont ceux des employés de l’ambassade de Russie à Bagdad : Fedor Zaïtsev, Rinat Agliouline, Anatoli Smirnov et Oleg Fédosséïev.

    Le véhicule des Russes a été bloqué et criblé de balles dans le quartier El-Mansour de Bagdad le 3 juin 2006. Le garde de l’ambassade Vitali Titov a péri sur place. Les terroristes ont enlevé Zaïtsev, Agliouline, Smirnov et Fédosséïev. Plus tard l’attaque a été revendiquée par un groupe lié à Al-Qaïda. Il a présenté un ultimatum, en donnant à Moscou 48 heures pour retirer les troupes de la Tchétchénie et libérer les séparatistes détenus.

    Dès le début il était clair que de telles conditions ne pouvaient pas être remplies. Un enregistrement vidéo montrant l’exécution des Russes a été posté sur Internet le 25 juin. L’un des organisateurs de l’attaque terroriste contre les Russes a été arrêté vers la fin de 2006. Il a avoué son implication dans le crime. Il a été établi qu’en plus d’avoir participé à l’enlèvement des membres du personnel de l’ambassade, il a tué lui-même deux d’entre eux. Quelques temps après les autorités irakiennes ont interpellé un deuxième suspect. En tout vers 2010 la police irakienne a arrêté trois des extrémistes impliqués dans le meurtre des Russes.

    Tous les trois ont été exécutés suivant le verdict du tribunal. Peu après la mort tragique de nos compatriotes le Parlement russe a adopté une loi, autorisant les services spéciaux à éliminer les terroristes sur le territoire d’autres Etats. De telles lois fonctionnaient depuis longtemps dans le sein de la plupart des autres puissances mondiales, a rappelé à La Voix de la Russie le Président de l’Association internationale des anciens combattants de l’unité anti-terreur « Alpha » Sergueï Gontcharov.   

    L’Etat doit défendre ses citoyens. S’ils sont menacés, les agents de nos services spéciaux doivent se rendre sur les lieux et mener des opérations pour libérer nos citoyens. A quel point les citoyens de Russie se trouvant à l’étranger se sentent-ils plus protégés après l’adoption de cette loi ? Pour le moment on peut parler plutôt d’un effet moral : des incidents, semblables à celui à Bagdad, ne se sont pas reproduits depuis 2006 ", remarque l’expert, ancien agent du FSB Roman Romatchev.            

    Naturellement, c’est une décision positive. Il est nécessaire de protéger les citoyens de son pays. Quant à l’Irak, la situation que nous avons aujourd’hui n'est pas comparable à celle de 2006. Cette époque a été marquée par toute une série d’attentats et d’enlèvements de spécialistes étrangers. Mais nous n'irons pas pour autant jusqu'à dire, que de nos jours dans ce pays, tout est devenu beaucoup mieux !

    Lire aussi:

    La Russie cherche un lieu plus sécurisé pour son ambassade en Irak
    Un Russe extradé aux USA par la Lettonie: un «enlèvement» selon Moscou
    L'ambassadeur d'Irak en Russie: «Le référendum kurde est une menace pour toute la région»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik