Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Voix de la presse russe 26.04.2012

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Tribunaux islamiques à Moscou / Pussy Riot ne sont pas des criminels / Les hommes d'affaires allemands considèrent les visas avec la Russie comme une survivance du passé

    Tribunaux islamiques à Moscou

    L'avocat Daguir Khassavov s'est prononcé hier en direct sur la chaîne de télévision REN TV pour la création des tribunaux islamiques en Russie. Il a déclaré que les musulmans dans la capitale russe se trouvaient « chez eux » et qu'ils « établiraient les règles qui leur convenaient ». Il a exigé de légaliser les tribunaux jugeant conformément à la charia. Les muftis russes ont opposé des critiques à la déclaration radicale de l'avocat. Pour la première fois l'avocat Daguir Khassavov s'est prononcé sur la légitimation inévitable des tribunaux islamiques à Moscou au début de mars dans les colonnes du quotidien Nezavissimaïa gazeta.  Ces propositions sont devenues le point de départ d'une enquête de journalistes sur les tribunaux islamiques dans le Caucase du Nord. A la télévision, Khassavov a répété son idée, mais cette fois elle a été accompagnée de menaces de « noyer Moscou dans le sang » et de la transformer en « lac mort » si les Moscovites n'étaient pas à l'écoute des « revendications des musulmans ». Les propos de Khassavov ne sont pas restés inaperçus par les services de l'ordre. Les responsables du ministère de l'Intérieur ont chargé les services appropriés d'étudier l'interview de l'avocat pour établir si elle renfermait des appels à l'attisement de la haine interethnique.  Nezavissimaïa gazeta

    L'Eglise orthodoxe russe a soutenu l'intention de M. Khassavov de légaliser les tribunaux islamiques. L'archiprêtre Vsévolod Tchapline, président de la section sinodale pour les relations entre l'Eglise et la société, a déclaré que « le monopole du droit des gens irréligieux reculait dans le passé » et qu'il était admissible d'autoriser les communautés à vivre d'après leurs règles à condition que ces règles « ne seraient pas imposées au-delà de la communauté ». Selon l'archiprêtre, les tribunaux islamiques existent depuis longtemps dans les républiques du Caucase du Nord, mais aussi, à un niveau semi-clandestin, à Moscou. Il n'a pas exclu l'apparition en Russie des tribunaux ecclésiastiques orthodoxes à l'instar de ceux qui avaient existé avant la révolution de 1917.  Novyie izvestias


    Pussy Riot ne sont pas des criminels

    L'expertise réalisée dans le cadre de l'enquête n'a pas trouvé des mobiles de haine et d'animosité dans l'action des participantes au groupe punk Pussy Riot dans la cathédrale du Christ-Sauveur. Cela signifie que les éléments constitutifs du délit qualifié de « voyoutisme » font défaut. L'analyse linguistique de leurs paroles déduit également qu'elles ne renferment pas de mobiles de haine et d'animosité envers des groupes sociaux. Les experts ont confirmé que les sentiments des croyants pouvaient être offensés ce qui n'était pas un crime de droit commun. Un tel délit est considéré comme administratif et encourt une amende de 1 000 roubles.  Moskovski komsomolets


    Les hommes d'affaires allemands considèrent les visas avec la Russie comme une survivance du passé

    De nombreux membres de l'Union européenne désirent restituer leur souveraineté pour ce qui est du contrôle des frontières intérieures et extérieures dans la zone Schengen. Hier cette question a été débattue par le comité de politique intérieure du Parlement européen. Les débats se déroulent sur fond du mécontentement social par l'afflux des étrangers dans les pays de l'UE et des exigences de durcir le contrôle. Dans certains pays un tel état d'esprit est attisé par des milieux et partis xénophobes, populistes et radicaux de droite. Six groupes économiques allemands ont appelé le gouvernement fédéral et le parlement à supprimer les visas avec la Russie. Leurs représentants ont déclaré que « plus de 20 ans après la chute du Mur de Berlin les barrières créées par les visas continuaient de freiner les liens économiques en Europe ». Hier la chancelière Angela Merkel a déclaré qu'elle était contre les limitations générales à l'intérieur de l'espace Schengen: « Le principe de la liberté de circulation ne peut pas être mis en question en aucun cas ». Il ne reste qu'à souhaiter qu'elle applique enfin ce principe aux rapports avec la Russie. Nezavissimaïa gazeta

    Lire aussi:

    Saint-Pétersbourg : un partisan du groupe Pussy Riot s'est cousu la bouche
    Merkel dévoile les plans de l’UE pour repenser son expérience frontalière
    L'héritage controversé laissé par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik