Ecoutez Radio Sputnik
    Gaza : le chef du gouvernement compte rencontrer Mohamed Morsi

    Gaza : le chef du gouvernement compte rencontrer Mohamed Morsi

    Photo: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le chef du gouvernement Hamas de la bande de Gaza, Ismaël Haniyeh envisage de rencontrer prochainement le nouveau président égyptien Mohamed Morsi pour évoquer les perspectives de l'ouverture des frontières de l'enclave palestinienne, rapportent jeudi les médias locaux.

    Le chef du gouvernement Hamas de la bande de Gaza, Ismaël Haniyeh envisage de rencontrer prochainement le nouveau président égyptien Mohamed Morsi pour évoquer les perspectives de l'ouverture des frontières de l'enclave palestinienne, rapportent jeudi les médias locaux.

    Auparavant, le vice-premier ministre du gouvernement de Gaza, Mohammed Aouad, cité par l'agence d'information palestinienne Ma'ad News, avait déclaré que l'Égypte et l'Autorité palestinienne travaillaient de concert sur l'organisation d'une rencontre entre MM Morsi et Haniyeh au Caire.

    M. Aouad a en outre fait remarquer que les chefs de la bande de Gaza voulaient atteindre des mesures concrètes en vue de lever l'embargo à l'encontre de l'enclave palestinienne, y compris la restauration du point de contrôle de Rafah sur la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza.

    En 2007, l'Égypte a introduit conjointement avec Israël des sanctions contre Gaza suite au coup d'État islamiste. Ces dernières années, le blocus des frontières a été considérablement atténué, mais n'a pas encore été complètement levé.

    Le mouvement Hamas, au pouvoir à Gaza, se considère comme une branche de l'organisation égyptienne des Frères musulmanes avec laquelle est lié le nouveau président égyptien. Le Hamas table sur l'aide de M. Morsi dans la levée du blocus économique. /L

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    Une frappe aérienne d’Israël à la frontière de la bande de Gaza avec l'Égypte
    L'Égypte ouvre sa frontière avec la bande de Gaza pour un mois
    Le plan de paix US n’est pas le «deal du siècle» mais la «gifle du siècle»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik