Ecoutez Radio Sputnik
    Les voiliers et les tableaux pris en otages

    Les voiliers et les tableaux pris en otages

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le litige concernant la bibliothèque de Schneersohn de nouveau attire l’attention des cercles politiques et de l’opinion en Russie et en Occident. Le voilier russe « Krousenstern » ne visitera pas le port de Londres au cours des JO, car il pourrait être saisi. Pour cette même raison le voilier « Sédov » ne viendra pas aux USA.

    Plus tôt, des musées russes ont refusé de participer aux expositions aux USA. Tout cela, à cause du verdict illicite d’une cour US.

    Les voiliers mondialement connus, d’autant plus les valeurs culturelles n’ont rien à voir avec le litige concernant la bibliothèque de Schneersohn qui dure des années. Et chaque fois les autorités US et leurs alliés européens menacent « d’exproprier » les biens qui appartiennent à la Russie. Tout a commencé en 2010 après le verdict prononcé par la cour US en vertu duquel les livres juifs religieux doivent être rendus par la Russie. Un an après il a été autorisé au mouvement judaïque « Habad » qui veut cette bibliothèque de la transférer.

    La Russie a plus d’une fois noté que la bibliothèque de Schneersohn qui contient 12 000 livres et 50 000 documents n’a jamais quitté le pays et les verdicts des cours US sont nuls, déclare le MAE russe. L’expert de la société juridique « Dialogue du Droit » Dmitri Posorov a dit à La Voix de la Russie :

    « La Russie n’a pas pris part à la prise du verdict aux USA et ne peut pas le contester. Mais l’important est que la justice US n’a pas le droit de prendre des décisions concernant les biens de la Russie. Si les biens sont sur le territoire russe, les demandeurs doivent solliciter la justice russe ».

    Le délégué du président de Russie pour la coopération culturelle internationale Mikhaïl Chvydkoï estime que le verdict US dépasse le cadre du droit international :

    « La collection n’a pas quitté la Russie et seules les normes russes sont en vigueur. Il n’y pas de raison d’estimer que ce patrimoine appartient à une des communautés hassidiques aux USA. Les hassides sont aussi en Russie. Le conflit est un obstacle dans les relations culturelles de la Russie et des USA et d’autres pays. Il faut trouver une solution ».

    Il faut adapter un accord intergouvernemental spécial. Il n’est pas clair quand cet accord sera adopté et la Russie doit se préparer aux nouvelles menaces émanant des USA et d’autres pays. Il est clair que la bibliothèque de Schneersohnrestera en Russie, mais les relations culturelles sont endommagées.

    Lire aussi:

    Des gardes-frontières russes mettent fin à un trafic d'artefacts de Syrie
    Kiev ne doit plus compter sur un puissant soutien à Washington
    Contre-sanctions russes, symbole d’un monde multipolaire en marche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik