Ecoutez Radio Sputnik
Les volontés d'autonomie des régions, réalisation du Reich ?

Les volontés d'autonomie des régions, réalisation du Reich ?

Photo : EPA
Actualités
URL courte
02401

Dans la zone de l'Union européenne plusieurs régions souhaitent retrouver une autonomie dans l'apprentissage de leur langue, dans la gestion économique et politique de leur territoire au point de vouloir faire scission.

Nous venons de le voir dans l'action politique des Catalans en Espagne. En France, la situation se précise aussi avec les Alsaciens, les Bretons et les Basques ou avec les Corses. Deux auteurs montrent depuis plusieurs années déjà une vision politique influencée par l'Allemagne dans cette nouvelle donne et les événements politiques récents, confortent de plus en plus leur vision : Yvonne Bollmann et Pierre Hillard.

Le 11 septembre, une manifestation monstre a eu lieu en Catalogne pour demander l'indépendance de la région et pour fonder un Etat indépendant reconnu par Bruxelles. Le phénomène n'est pas nouveau en Catalogne. Cette région européenne a depuis longtemps sa police, sa presse, ses politiques, qui travaillent et écrivent en catalan, une langue très dynamique contrairement, par exemple, au breton ou à l'alsacien même si l'alsacien dépasse le breton dans son emploi. Pour Pierre Hillard, docteur en science politique il s’agit d’une balkanisation de la péninsule ibérique. Une menace de qui prendrait forme aussi en France.

Dans son livre paru aux éditions Broché Géopolitique cachée de la construction européenne en 2005, Pierre Hillard, montre une tendance générale de morcellement des nations européennes où les peuples veulent retrouver leur identité et redevenir les maîtres de leur destin politique sans être sous la tutelle d'une autre nation se limitant à les reconnaître comme simple entité culturelle différente mais sans poids économique et politique. Ce renouveau des identités en France et dans d'autres pays européens est salué par de nombreuses personnes qui y voient le sauvetage de la culture de leurs ancêtres dans un monde devenu illisible et dépersonnalisé, voire instable. Nos deux auteurs expliquent que derrière cette idée « romantique » et patriote pour la défense des identités régionales, se trouve une dimension politique téléguidée par Berlin.

Comme Pierre Hillard, Yvonne Bollmann, a déjà écrit sur le même sujet en ayant la volonté de dénoncer la volonté de l'Allemagne de fonder un immense Land avec l'Alsace et le Land du Bade-Wurtemberg dans un article paru en 2010 « Eurodistricts : un marché des dupes ? ». Yvonne Bollmann a aussi expliqué que l'Allemagne souhaite obtenir une renaissance des régions en France pour casser la France ! En lisant le livre d'Yvonne Bollmann il y a encore quelques années, soit seulement huit ans après la réunification de l'Allemagne, on avait du mal à y croire. On pensait plutôt à une psychose d'une Alsacienne hantée par le passé de sa région qui fut sous la tutelle allemande durant plusieurs années. De nombreux journalistes, peut-être un peu naïfs, ont fait la réputation d'Yvonne Bollmann après la parution de son premier livre en 1998 aux éditions Michalon, La Tentation Allemande en lui collant l'étiquette « de l'anti-germanisme primaire ».

Aujourd'hui avec la domination allemande dans la politique, dans la finance, où Berlin dicte aux autres pays européens comment vivre sous peine d'avoir une sanction à l'heure où les états de l'Union sont en crise, les avertissements d'Yvonne Bollmann sont maintenant pris au sérieux et les tentatives de vouloir la discréditer sont plus difficiles à réaliser. Encore récemment, Yvonne Bollmann a souligné que le Festival Summerlied 2012 d'Ohlungen en Alsace, qui présente des musiques et des chants d'Alsace, a parmi ses partenaires par Hermann-Niermann-Stiftung, une fondation de Düsseldorf qui « œuvre en faveur de la langue et de la culture allemandes auprès de minorités ethniques et de Volksgruppen en Europe ». Les Alsaciens sont pour elle la minorité allemande de France. Entre 1991 et 2007, elle a versé des subventions d’un montant total de 1 073 322 euros à l’Association pour le bilinguisme dès la classe de maternelle, ABCM-Zweisprachigkeit (voir sur http://www.g-h-n-s.de/ la rubrique « Projekte ». Summerlied est bien autre chose qu’un simple festival de chansons. « La participation de la Hermann-Niermann-Stiftung fait que l’alsacien y sera au service d’un projet précis : la germanisation de l’Alsace », explique Yvonne Bollmann.

Le nouveau Saint-Empire romain Germanique serait-il donc en marche ? /L

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik