Ecoutez Radio Sputnik
    Brahimi tente de négocier un cessez-le-feu en Syrie

    Brahimi tente de négocier un cessez-le-feu en Syrie

    Photo : EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Un cessez-le-feu sera peut être instauré en Syrie. Pour le moment, il est vrai, seulement à l’occasion de la fête musulmane du sacrifice de l'Aïd al-Adha, qui sera célébrée du 26 au 28 octobre. C’est ce que l’envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi a proposé à Damas et à l’opposition.

    Le Conseil national syrien, de l’opposition, est prêt à étudier une telle possibilité. C’est ce qu’a déclaré son chef Abdel Basset Seyda. Il a mis, il est vrai, deux conditions à cela. L’Armée syrienne libre (ASL) doit l’accepter aussi. C’est la rébellion armée de l’opposition, qui combat les troupes gouvernementales. La deuxième condition réside dans le fait que Damas doit arrêter les hostilités en premier. Il faut dire qu’au début la réaction de l’ASL à la proposition de M. Brahimi était négative.

    Le pouvoir à Damas s’est dit prêt pour sa part à discuter l’initiative de l’envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe, lequel avait d’ailleurs programmé une visite en Syrie. Voici le commentaire de Boris Dolgov, expert à l’Institut de l’Orient auprès de l’Académie russe des sciences.

    « Le fait que l’opposition syrienne a accepté d’ouvrir des négociations à propos d’un cessez-le-feu est une démarche positive. Je ne crois pas qu’on puisse le conclure sans problèmes. Toutefois, c’est une tendance très positive dans l’évolution de la crise syrienne ».

    Un arrêt des hostilités est possible, considère l’expert à l’Institut des évaluations stratégiques et de l’analyse Sergueï Demidenko :

    « Actuellement la balance semble commencer à pencher du côté des autorités officielles. La population se regroupe de plus en plus autour du pouvoir en place comme un certain garant de stabilité. Si la situation en Syrie change quand même, et si les rebelles comprennent le déclin de leurs positions, il est possible, qu’ils acceptent ce cessez-le-feu ».

    Les médias occidentaux ont diffusé l’information, suivant laquelle M. Brahimi avait préparé un nouveau plan de règlement de la situation en Syrie. Il prévoit l’envoi de 3 000 casques bleus en Syrie.

    La veille on a de même appris que la Russie était prête à proposer à Lakhdar Brahimi son plan de règlement de la crise en Syrie. Comme l’a déclaré le représentant spécial du président russe pour le Proche-Orient Mikhaïl Bogdanov, on attend l’envoyé de l’ONU pour la Syrie à Moscou, afin de lui faire part des considérations de la Russie à ce sujet. /L

    Lire aussi:

    De Mistura à Sputnik: l’Onu note une convergence de vues sur l’avenir de la Syrie
    La fin de la campagne syrienne pourrait réduire la distance entre Moscou et Washington
    Bilan des deux ans de participation russe à l’opération antiterroriste en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik