Ecoutez Radio Sputnik
    Les prisons secrѐtes de la CIA sont le syndrome d’une maladie grave

    Les prisons secrѐtes de la CIA sont le syndrome d’une maladie grave

    © Photo : Central Intelligence Agency
    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    La Cour européenne des droits de l'Homme a statué de déclassifier le dossier concernant la présence éventuelle des prisons de la CIA en Pologne.

    Selon les experts, les Polonais et les autres membres de l’UE de fraîche date collaborant étroitement avec les Américains sur plusieurs questions moralement douteuses, ont porté un coup à la réputation de l’UE obligée de faire bonne mine dans ce triste scandale. La parole est à Alexeï Moukhine, directeur général du Centre d’information politique :

    « C’est un coup violent asséné à la réputation de l’UE qui l’a bien mérité en l’occurrence parce qu’elle refuse d’assumer la responsabilité des agissements des services secrets américains. Il est évident que les services spéciaux ont leur méthodes de lutte contre le terrorisme international mais ils ne doivent, ce faisant, violer les lois des pays où ils opèrent. Il faut de toute façon évaluer le degré de responsabilité des services spéciaux étrangers dans les opérations de cette nature ».

    Le ministre des AE polonais s’est déjà empressé de déclarer d'avoir été supris par la décision de la Cour qui limite la possibilité de coopération ultérieure du gouvernement polonais avec cette juridiction internationale.

    La politique des deux poids deux mesures ne semble pas trop préoccuper les Américains qui n’y voient rien d’extrarodinaire et répondent à la critique par un silence méprisant. Il y a plein de choses qui peuvent justifier les opérations de la CIA et de ses agents et les Américains pourraient reconnaître que de tels incidents arrivent. Mais ils se refusent à les instruire au cas par cas parce que cela pourrait ouvrir la boîte de Pandore et leur créer un tas d’ennuis, - estime le professeur de droit de l’Université américaine Emiliano Viano :

    « Les États-Unis et les autres pays ont jusqu’ici réussi à éviter la responsabilité en dissimulant si bien les documents qu’il est difficile de savoir ce qui s’y passe en réalité. Certes, la sécurité nationale est en jeu et si ces dossiers sont dévoilés au grand jour, cela portera un grave préjudice moral à la CIA et aux autres services de renseignement qui sont la plupart du temps contrôlés par le Pentagone et non pas par la CIA. L’histoire portera probablement un jugement sévère à l’endroit du pays responsable de ces actes ».

    En d’autres mots, les prisons secrètes de la CIA dans le monde ne sont qu’une partie d’un problème beaucoup plus grand. C’est une sorte de symptôme parmi d’autres qui permet de juger de la maladie de l’organisme qui porte le nom de « partenariat euro-atlantique ». /L

    Lire aussi:

    Le NYT dévoile l’échec cuisant du renseignement US en Chine entre 2010 et 2012
    Johannes Hübner: «Il faut liquider l'Otan aussi vite que possible»
    Capitulation ou bon sens? Trump renonce au soutien de l'opposition syrienne armée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik