Ecoutez Radio Sputnik
    Les diplomates refusent de quitter Pyongyang

    Les diplomates refusent de quitter Pyongyang

    Photо: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    Toutes les ambassades étrangères à Pyongyang, ainsi que la mission de l'ONU ont solidairement refusé d'évacuer leur personnel de la République Démocratique Populaire de Corée.

    Les chefs des missions diplomatiques, y compris russe, ainsi que les chefs des organisations humanitaires étaient invités au département nord-coréen de politique étrangère dans la soirée du 5 avril. On leur a annoncé que «dès le 10 avril, les autorités ne pourraient pas garantir la sécurité des diplomates et des organisations internationales en cas de conflit ». On a conseillé aux diplomates de partir.

    La situation qui se crée à Pyongyang est paradoxale. La République Démocratique Populaire de Corée recommande aux diplomates de quitter les ambassades, et ils refusent de partir. Certains experts voient derrière une telle réaction les premiers signes de relâchement de la tension.

    La Russie n'a pas l'intention d’évacuer son personnel non plus. Elle examine en ce moment ce sujet avec la Chine. Londres, Paris et Berlin ont fait des déclarations spéciales, annonçant leur volonté de ne pas quitter Pyongyang.

    L'Attaché de presse du président des États-Unis Jay Carney a confirmé que les Américains ne faisaient pas leurs valises. Il a dit que Washington maintenait un contact étroit avec Moscou, en tentant de trouver une issue à la situation créée dans la Péninsule Coréenne.

    « Nous travaillons dans un esprit constructif avec la Russie et la Chine, particulièrement avec la Chine, pour qu'elle utilise toute son influence sur la Corée du Nord et persuade les Nord-Coréens de changer de comportement. Pour que la République Démocratique Populaire de Corée s'engage dans la voie de la réunification avec la communauté des nations, qu’elle accorde la possibilité d'aider les citoyens du pays, de nourrir ses citoyens et de permettre à l'économie de se développer au lieu de stagner ».

    Pékin a exigé dans sous une forme dure que la République Démocratique Populaire de Corée assure la sécurité des employés de l'ambassade chinoise dans le pays. Le représentant officiel du Ministère des Affaires étrangères Hun Lei a annoncé que « la Chine assurerait les droits légaux et la sécurité des citoyens et des entreprises en Corée du Nord ».

    Le ministre des affaires étrangères d'Australie Bob Karr a exprimé d'une façon assez imagée l’attitude des diplomates envers ce qui se passe en Corée du Nord et autour d’elle, Il se trouve à présent en visite en Chine. Il a qualifié l'appel à l'évacuation des diplomates de manœuvre étrange.

    « Il me semble que c’est un truc émanant du gouvernement de la Corée du Nord. Aucun pays ayant une mission à Pyongyang ne confirme les messages sur la préparation d’une guerre. Cela, certes, ne dissipe fait pas disparaître notre inquiétude. Ce qui est beaucoup plus probable, c’est un nouvel essai (par la République Démocratique Populaire de Corée) de missile, et non une frappe contre les États-Unis ou une des bases militaires américaines dans la région du Pacifique. Le régime nord-coréen se distingue, probablement, par son agressivité et son manque de discernement, mais on ne saurait le soupçonner de tendances suicidaires ».

    À Pyongyang la situation est normale et on prépare en grande hâte la principale fête nationale du pays – l'anniversaire du président a vie et fondateur de la République Démocratique Populaire de Corée Kim Il Sung, qui sera célébré le 15 avril. Les institutions publiques travaillent en régime ordinaire. La semaine prochaine, l'arrivée d’un groupe de jeunes artistes de Russie est attendue. Avec des artistes nord-coréens, ils donneront un concert au Palais des pionniers de la capitale. Tout cela ne ressemble pas à la préparation d’une guerre. T

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik