Ecoutez Radio Sputnik
    Les missiles nord-coréens tombent dans la mer du Japon

    Les missiles nord-coréens tombent dans la mer du Japon

    Photo : EPA
    Actualités
    URL courte
    0 8 0 0

    La Corée du Nord a tiré lundi des missiles à courte portée. Ce week-end quatre lancements ont eu lieu. La Corée du Sud qualifie ces manœuvres de provocation. Séoul a déployé en guise de riposte ses systèmes de missiles Spike dans les îles attenant à la RPDC.

    La RPDC a tiré vers la mer du Japon six missiles à courte portée. La réaction de Séoul était parfaitement prévisible. Un militant de la réunification de la Corée a déploré dimanche les actions de Séoul et a exhorté Pyongyang à se montrer responsable envers la communauté mondiale.

    Les agissements de la RPDC constituent sans doute une riposte aux manœuvres conjointes des Etats-Unis et de la Corée du Sud, affirme l’expert du Centre coréen de l’Institut d’Extrême-Orient de l’Académie des sciences de Russie Evgueni Kim. La situation dans la péninsule coréenne s’est aggravée à tel point qu’on est en droit de qualifier les actes des deux parties de provocations :

    « Les deux Etats échangent constamment des accusations. Or, ce n’est pas une provocation de la part de la Corée du Nord, mais une réponse aux efforts conjoints de la Corée du Sud et des Etats-Unis. Si les Américains n’avaient pas procédé à ces manœuvres, la situation aurait été plus stable ».

    Les experts russes signalent le caractère routinier des lancements. Selon le directeur des programmes d’études de l’Institut d’économie de l’Académie des sciences de Russie Gueorgui Toloraya, ce jeu de la Corée du Nord est destiné à démontrer sa force à moindre prix :

    « Les autorités nord-coréennes profitent de l’intérêt de la presse mondiale et des Occidentaux intimidés par la menace nord-coréenne. Plusieurs pays procèdent à des lancements dans le cadre de manœuvres de routine. Il n’y a aucun danger ».

    Les rapports compliqués entre Pyongyang et Séoul se sont aggravés après les manœuvres militaires d’envergure engagées par les Etats-Unis et la Corée du Sud en février, en mars, en avril et en mai dernier. En plus des lancements de missiles, la Corée du Nord a procédé à des essais nucléaires en 2006, en 2009 et en 2013. La communauté mondiale craint que Pyongyang ne s’entraîne à vectoriser les armes nucléaires. La Russie se prononce avec esprit de suite pour le retour de la Corée du Nord à la table des négociations sur la dénucléarisation que la RPDC a abandonnées en 2005 et pour le règlement définitif de la situation dans la péninsule coréenne. T

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik