Ecoutez Radio Sputnik
    L'Islam incompatible avec les valeurs européennes (René Marchand)

    L'Islam incompatible avec les valeurs européennes (René Marchand)

    Photo : EPA
    Actualités
    URL courte
    0 66 0 0

    René Marchand, bien avant l'acte terrifiant des deux islamistes de Londres, a publié en 2013 un livre intitulé Reconquista ou mort de l'Europe, qui connaît un franc succès. Dans son ouvrage édité par Riposte laïque, René Marchand préconise d'interdire l'Islam en Europe et de le déclarer incompatible avec la nationalité française. Selon lui, l'Islam ne reconnaît pas la liberté de conscience et pour cette raison, est incompatible avec l'un des premiers principes de l'État français qui déclare que la République assure la liberté de conscience.

    Dans un entretien exclusif, René Marchand, journaliste, écrivain, arabophone, expert du monde arabe et de la culture musulmane, ancien de Langues O, passionné par la culture arabe, explique que les Européens ne veulent pas voir le danger du mouvement politique musulman qui se cache derrière la façade d'une religion.

    Les médias. René Marchand a eu une longue carrière de journaliste de 1959 à 1983. Il a travaillé à Radio France, à l'AFP, et n'arrête pas d'écrire et de se questionner sur la société et le monde. Particulièrement expérimenté sur le monde arabe, il a travaillé pour des émissions de langues arabes et berbères dès 1959 à l'ORTF, au sein du service basé à Paris. « Nous avions une émission qui traitait l'information avec objectivité, alors que les médias en Afrique du Nord comme les médias arabophones étaient orientés. J'ai travaillé à Djibouti, comme rédacteur en chef adjoint à France Inter, comme rédacteur en chef des informations et comme présentateur du journal lors de l'apparition de la couleur au sein de ce qui est devenu la deuxième chaîne ». Comme producteur, il a réalisé le magazine Le troisième œil : « On a fait les premières émissions sur la drogue et sur l'immigration», et de préciser que ces immigrés n'étaient pas ceux que nous avons aujourd'hui car ils étaient de passage ou bien ils avaient décidé de rester ici et avaient tourné la page de leur identité première. « La situation du travail pour les journalistes est très dure actuellement. Il y avait dans les médias des contre-pouvoirs à l'époque. Avec les syndicats, on avait dans les rédactions des discussions. Aujourd'hui, avec le système des actionnaires, une caste bien payée et des gens sous payés, on a une pensée unique et extrêmement forte ». Avant d'évoquer la question de l'Islam, mentionnons que les remarques de René Marchand sur le journalisme apportent une réflexion importante sur le traitement de l'information en général et explique la mauvaise information sur l'Islam. « J'ai connu la bonne époque du journalisme. J'ai travaillé avec des gens de très grande qualité. J'ai beaucoup appris. Si vous êtes curieux, vous apprenez beaucoup de choses. C'est un métier qui est une drogue. Ce métier est dans le sang. Même après, quand on a quitté le métier, on est à l'affût de l'information. C'est une bonne formation à la liberté de conscience. On invite aujourd'hui sur le cas de l'Islam dans les médias des gens très contestables comme Tariq Ramadan. On ne met jamais en face d'eux quelqu'un qui puisse les contredire. Ils représentent un Islam qui n'existe pas. C'est terrible car les gens se forment une opinion avec la télévision. La télévision fait jouer les deux parties du cerveau et en particulier le cerveau affectif. On a un sentiment d'adhésion. »

    Islam. René Marchand étudiera l'arabe aux Langues O'. « Je voulais trouver un poste pour aller en Afrique du Nord. Je suis tombé sur une langue étrange. La culture arabe a une histoire et une civilisation très passionnante. Langues O' s'occupait surtout du moyen âge. Les grands arabisants de langues O' n'avaient pas d'avis sur la chose politique de l'époque. L'Islam était mort. Mes amis musulmans ne respectaient pas les interdits alimentaires. Ils n'allaient pas à la mosquée. Nasser, Bourguiba, étaient la référence des musulmans en France. Tout le monde voyait ces pays aller vers le communisme ou vers le capitalisme. Personne n'envisageait la résurgence de l'Islam». D'après René Marchand, la révolution iranienne de 1978-79 a surpris tout le monde et a été le signe de la résurgence de l'Islam. La fierté musulmane a connu une renaissance et cela a été très mal analysé en France. Nous en sommes au dernier stade de la colonisation. Les musulmans sont en train de récupérer leur identité qui a été malmenée pendant 150 ans. « On a créé l'islamisme pour nous rassurer en 1978-79. L'islamisme a été inventé par Voltaire au 18e siècle, mais comme synonyme d'Islam. On emploie les termes comme fondamentalisme, radicaux, des gens d'un autre temps, comme pour se rassurer. On a créé cet oxymore extraordinaire qui est « l'islamisme modéré ». Pendant longtemps, en langue arabe, le mot islamisme n'existait pas. On disait « musulman ». Maintenant, dans les médias arabes, ils parlent aussi des islamistes pour désigner ceux qui veulent appliquer une version de la charia plus stricte et qui s'opposent au système dynastique. On a une renaissance de l'Islam et il revient toujours à ses bases ».

    Occident aveugle et sourd. « Nous manquons d'experts occidentaux sur le monde arabe. Les grands arabisants du 19e siècle étaient des hommes d'une grande culture et n'ont jamais été très nombreux. Aujourd'hui, on n'a pratiquement plus personne comme expert du monde arabe» avertit René Marchand, avant d'ajouter sur un ton sérieux : « On fabrique un ou deux agrégés en arabe par an en France. C'est grave, car ce n'est pas un imam qui va nous donner un regard critique sur le monde arabe. Nous avons l'ignorance de celui qui ne sait pas qu'il est ignorant. L'Islam est un système totalitaire qui apporte des réponses à tout. La pression sociale est extrêmement forte en Islam ».N

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres