Ecoutez Radio Sputnik
    La France Bleu Marine et ses sursauts immunitaires

    La France Bleu Marine et ses sursauts immunitaires

    Actualités
    URL courte
    0 2 0 0

    « Ce n’est pas l’islam qui est une menace, c’est le fondamentalisme, ses aspects les plus radicaux ». Cette phrase n’est pas celle d’un monsieur politiquement correct du PS. Elle n’a pas été pêchée sur Riposte Laïque ou dans un blog du quotidien en ligne La Croix. Cette phrase est bel et bien celle de Marine Le Pen, patronne du FN, diabolisée à tort et à travers comme ce fut le cas, à l’époque, pour son père.

    En effet, s’il est un amalgame franchement détestable qui est fait aujourd’hui par la propagande socialo-mondialiste, c’est celui qui se fait entre fondamentalisme islamique d’obédience salafiste d'une part, et islam de l'autre, qu’il soit shiite, sunnite ou alaouite, peu importe. Cette confusion n’a rien de fortuite. Elle consiste à marginaliser une religion monothéiste normalement modérée en l’associant à des courants invasifs incontrôlables qui entendent en effet soumettre la France, tout comme l’Europe dans son intégralité, au joug d’un immense Califat sans frontières assujetti à la Charia. Ni la France, ni l’Algérie, ni la Syrie n’en voudraient. La France, parce qu’elle est une terre inconditionnellement chrétienne, l’Algérie, la Syrie et d’autres pays résistants du même type parce qu’ils savent ce qu’est l’islam authentique.

    Je crois que Mme. Le Pen souscrirait entièrement à cette vision. Il y a près de trois ans, alors que les prières de rue dans les villes françaises handicapaient la circulation, elle AURAIT comparé l’occupation d’un espace publique laïc à l’occupation nazie. Or, après moultes vérifications via youtube et les moteurs de recherche les plus exploités, je n’ai rien découvert de tel. Aucune citation concrète ne vient confirmer le rapprochement qui lui est reproché, aucun journaliste ne nous fait part du contexte réel de cette réplique. En fait, le détracteur de Marine Le Pen avait en effet mentionné les années noires de l’Occupation juste avant la riposte de Mme. Le Pen qui a fait du tac-au-tac dans cet esprit de spontanéité courageuse qui lui est propre en disant ceci : « Puisqu’on parle d’Occupation nazie, la prière dans les rues est aussi une forme d’occupation ». Je crois personnellement qu’il n’y a rien à redire contre le terme occupation, car il faut avoir le courage d’appeler un chat un chat.

    « La rue n’appartient à personne », a justement remarqué Eric Zemmour. J’ajouterais qu’elle appartient à tout le monde et à personne pour prévenir les répliques du type « dans une démocratie, l’espace urbain devrait être soumis aux besoins de la population ». Non, il y a des limites à tout. Irait-on jusqu’à accuser les autorités algériennes d’islamophobie parce qu’elles ont formellement interdit les prières hors mosquées ou espaces privés ? Pourtant, on autorise en France une pratique qui, parallèlement, a été abandonnée dans un pays parfaitement musulman. L’absurdité bat son plein et ne se soigne pas. Si Kafka était vivant, c’est debout qu’il aurait applaudi.

    La mauvaise foi de l’establishment français déconcerte de plus en plus. Le FN, un parti raciste ? Doit-on revenir presque cinquante ans en arrière pour remettre en exergue la façon dont les Harkis avaient été traités en France suite aux accords d’Evian ? Je ne voudrais pas jeter l’ombre sur le Général de Gaulle qui a beaucoup fait pour la France, et pourtant, s’il est des abominations à dénoncer, elles devraient l’être objectivement. Or, qui a défendu ces « Français musulmans » (comme les appelle avec raison Mme Le Pen) dès les années 70, c’est-à-dire après la création du FN ? Je vous laisse répondre à cette question purement rhétorique. Après, si on demande de faire à Rome comme les Romains, je ne pense pas que le vieux dicton recèle ne serait-ce qu’un soupçon d’« incitation à la haine raciale ». Ah ! J’oublie ! Les races n’existant plus, la présomption de culpabilité est automatiquement levée.

    Or, voici que Bruxelles, soutenu à cor et à cri par le PS, veut maintenant priver Mme Le Pen de son immunité parlementaire pour une déclaration faite il y trois ans et qui commencerait, au bout de quelques années, à sentir le soufre. Enfin … les parfums suaves de l’au-delà tout comme les relents de l’enfer mettent bien du temps à imprégner notre misérable planète. Les coïncidences sont quant à elles promptes à se manifester. Ainsi, les chances de Mme Le Pen augmentent de jour en jour, un pourcentage inégalé jusque là de Français trouvant son programme crédible. Les élections présidentielles auront lieu dans quatre ans. L’UMP n’a pas fait ses preuves, à tel point que M. Hollande a été élu par défaut. M. Hollande est un cas indicible que je préfère taire. Les petits partis sont hors considération, Mélenchon ne fait plus que concilier arrogance et populisme. Alors, qui reste-t-il ?

    J’ai eu le plaisir de contacter M. Thibault de la Tocnay, Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont le point de vue éclairé confirme mes intuitions.

    La Voix de la Russie. M. de la Tocnay, pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

    Thibault de la Tocnay. Je suis membre du bureau politique (du FN, ndlr) depuis pas mal d’années, j’ai été en charge du programme pendant une dizaine d’années et je suis maintenant délégué national à la formation des cadres. Je suis élu du Sud de la France … d’ailleurs, avec Jean-Marie Le Pen, nous sommes tous les deux élus avec une vingtaine de conseillers régionaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

    LVdlR. Pourriez-vous nous faire un bref commentaire des véritables raisons pour lesquelles Mme Le Pen pourrait être privée de son immunité parlementaire. Peut-on voir dans cette décision le signe certain du désespoir des autorités françaises qui ne savent vraiment plus comment apaiser les passions des communautés musulmanes ultrareligieuses de France ?

    Thibault de la Tocnay. Le Parlement européen avec toutes ses institutions brille par sa lâcheté. Dans la levée de l’immunité parlementaire qui risque en effet d’être effective – puisque c’est un vote de principe qui a eu lieu sur la base d’un conseil – il y a à la fois des mauvaises intentions et beaucoup de lâcheté par rapport à la pensée unique en matière de lutte contre l’islamisme caractérisé par une absence de lutte contre celui-ci. Marine le Pen avait tenu des propos dénonçant la prière dans les rues, ce qu’avait d’ailleurs fait M. Valls lui-même ainsi que quelques imams qui considèrent anormal d’occuper les rues. On a essayé de faire croire qu’elle faisait un parallèle avec le nazisme … de toute façon, il s’agit toujours de procès d’intention. En réalité, si jamais sa levée d’immunité parlementaire finissait par devenir effective, elle le serait de toute façon pour la bonne cause, parce que j’estime que notre parti est le seul à oser dénoncer cette avancée de l’islamisme, pour ne pas dire de l’islam militant, en Europe.

    LVdlR. S’il arrive que son immunité soit vraiment levée, peut-on supposer que les réactions qui s’en suivront de la part des sympathisants du FN seront très vives, d’une part et que, de l’autre, on assistera à une radicalisation encore plus avérée des courants fondamentalistes en France, leurs représentants se croyant dès lors tout permis ?

    Thibault de la Tocnay. Cette levée aura clairement pour effet d’augmenter encore nos scores et d’une façon générale d’augmenter l’adhésion du peuple français qui est déjà importante à nos idées. Après, juridiquement parlant, si cette levée se fait, il peut y avoir des actions processuelles qu’on essayera de mener jusqu’au bout … ce qui cependant n’est pas certain, car il peut tout autant exister, heureusement, des juges qui vont considérer qu’il est absolument infondé de condamner Marine Le Pen pour ses propos. Je rappelle que Jean-Marie Le Pen lui-même a été attaqué à maintes reprises et il a pratiquement toujours gagné. Le problème, c’est que quand nous on gagne, on condamne nos adversaires à un euro, alors que quand c’est nous qui sommes condamnés, c’est constamment à une dizaine de milliers d’euros. Donc, en résumé, je crois qu’on garde une grande sérénité face à l’évènement. Pour ce qui est de l’islamisme, je ne crois pas que ses adhérents se croient tout permis, car ils savent très bien que la majorité du peuple français est derrière nous. Malheureusement, nous avons un système médiatique qui est épouvantable et des institutions européennes qui sont souvent assez lamentables.

     

    A première vue, priver Marine Le Pen de son immunité revient à priver un organisme déjà fortement affaibli par la maladie de ses derniers globules blancs. Pourtant, l’optimisme serein de M. de la Tocnay me fait penser à cette observation bien connue de Nietzsche : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Tous les coups encaissés reviennent tôt ou tard à celui qui les a distribués, mais dans une triple proportion. De ce point de vue, Bruxelles rend un immense service au FN en se tirant une balle dans la jambe. Sincèrement, je l’en remercie.    N

    Lire aussi:

    Lever l’immunité de Marine Le Pen signifie jouer «le jeu des islamistes»
    Le Parlement européen lève l’immunité de Marine Le Pen
    Le Parlement européen vote la levée de l'immunité de Marine Le Pen
    Sondage: l’écart entre Le Pen et Macron au premier tour de la présidentielle augmente
    Une pétition en faveur de Marine Le Pen lancée en France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik