Ecoutez Radio Sputnik
    L'Assemblée adopte la réforme des retraites

    L'Assemblée adopte la réforme des retraites

    Photо: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 11

    Les députés ont adopté mardi en première lecture le projet de loi sur les retraites, avec les seules voix socialistes, tandis que plusieurs milliers de manifestants contestaient devant l'Assemblée nationale et en province cette réforme qualifiée d'« erreur historique », indique l'AFP.

    La réforme, la première d'un gouvernement de gauche sur ce sujet depuis la retraite à 60 ans en 1982, a été approuvée par 270 voix pour, 249 contre et 49 abstentions. La très grande majorité du groupe socialiste a voté pour, et les élus UMP, UDI, Front national et Front de gauche contre. Les écologistes, les radicaux de gauche et 17 socialistes se sont abstenus.

    Le projet de loi « garantissant l'avenir et la justice du système de retraites », articulé autour de l'allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans et l'instauration d'un compte pénibilité, sera discuté au Sénat à partir du 28 octobre.

    Si l'âge légal de la retraite reste à 62 ans, les salariés devront cotiser plus longtemps pour une pension à taux plein. La durée de cotisation augmentera d'un trimestre tous les trois ans à partir de 2020 pour atteindre 43 ans pour les personnes nées en 1973 et après.

    Quant au compte pénibilité, il permettra à un salarié de se former, de travailler à temps partiel ou de partir plus tôt à la retraite. Cette disposition, saluée par l'ensemble des syndicats, fait « frémir » le président du Medef Pierre Gattaz, qui a dénoncé mardi « une usine à gaz ».

    Pour moins pénaliser les salariés faiblement rémunérés ou à temps partiel, il sera désormais nécessaire, pour valider un trimestre, d'avoir cotisé l'équivalent de 150 heures de Smic, contre 200 actuellement.

    Le projet prévoit également la prise en compte des périodes d'apprentissage et partiellement des stages, ainsi que le report de la revalorisation des pensions de retraite (sauf pour les bénéficiaires du minimum vieillesse) du 1er avril au 1er octobre.

     

    Lire aussi:

    La pénibilité du travail, un thème qui divise les politiques
    Pas d’allocations sociales pour presque 600.000 habitants du Donbass
    Derrière les élections, le spectre des «réformes» Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik