Ecoutez Radio Sputnik
    La Serbie n’est plus marginalisée dans le monde : président Nikolić

    La Serbie n’est plus marginalisée dans le monde : président Nikolić

    © Photo : RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 2 0 0

    La Serbie tend à développer les relations avec le monde, dont la Russie. Cette idée constituait le leitmotiv de la visite à Moscou du président serbe Tomislav Nikolić. L’agenda du président était bien rempli, mais il a trouvé le temps de répondre aux questions de La Voix de la Russie.

    La Voix de la Russie. Est-ce que, depuis le début de votre mandat, la position de la Serbie sur la scène internationale a changé ?

    Tomislav Nikolić . « Au niveau politique, la Serbie a réalisé cette année un progrès remarquable : elle a ouvert des portes depuis longtemps fermées, ou des portes qu’elle n’avait jamais ouvertes, elle a ressuscité ses vieilles relations amicales. Elle a porté de nombreuses relations à un plus haut niveau. La Serbie n’a plus d’ennemis. Personne ne parle d’elle négativement. Elle n’est plus en marge de la communauté internationale.

    Au niveau économique, nous faisons partie de la communauté internationale. La crise économique a été provoquée par de grandes puissances et elles s’en sortiront d’une manière ou d’une autre. Nous, nous devons supporter les conséquences de ce que nous ne pouvions pas influencer. C’est pour cela que la Serbie s’est endettée à ce point. Nous sommes en train d’introduire une nouvelle philosophie économique : ne plus emprunter, construire des relations stratégiques de partenariat et faire renaître l’industrie tout à fait autrement. Nos relations avec la Russie, la Chine, les E.A.U. et l’Afrique sont plus intensives. Malheureusement, l’Europe est la seule entité, dont le développement économique est en retard par rapport aux autres. »

    LVdlR. Quels évènements de la vie culturelle serbe pourriez-vous mentionner ?

    T.N.« Par exemple, nous avons célébré un évènement tout à fait unique : le 1700e anniversaire de l’édit de Milan. Les dernières festivités ont eu lieu en octobre et ont rassemblé tous les patriarches orthodoxes, dont Cyrille Ier de Moscou. J’estime qu’il s’agit d’une des réunions les plus représentatives dans l’histoire contemporaine de l’orthodoxie. J’ai pu voir que les patriarches, dont certains avaient des différends avec les autres, se sont réjouis de cette rencontre.

    L’année prochaine, nous avons l’intention de célébrer les 100 ans de la Première Guerre mondiale. Certains de nos alliés de la « Grande guerre » ont l’intention de nous rejoindre.

    Nous serons sûrement exposés aux attaques de ceux qui accusent la Serbie d’avoir déclenché la guerre. Mais nous allons nous adresser à la Russie, à la Grèce, à la France, à l’Angleterre et à nos alliés de la Première Guerre mondiale en leur demandant de célébrer cette date dignement. Il est normal que ceux qui ont déclenché une guerre ou bien ceux qui ont en perdu une participent à ce genre d’évènement. Et il est tout à fait inacceptable que la Serbie qui, comme la Russie, a subi d’énormes pertes dans les deux guerres mondiales n’y participe pas.

    Nous entendons sans cesse des déclarations selon lesquelles nous vivons mal, parce que nous ou nos ancêtres l’avons mérité. Vous savez vous-même que les peuples russe et serbe se ressemblent énormément : ce sont deux peuples tout à fait ouverts, avec des portes ouvertes et la lumière allumée pour tout visiteur. La Serbie n’a malheureusement pas suffisamment de moyens pour représenter sa culture, son histoire, ses traditions et son potentiel à un haut niveau. Mais nous faisons tout notre possible. Nous avons célébré les 70 ans de la mort de Nikola Tesla à New York, où sa statue a été érigée. Le monde entier est redevable à cet homme pour sa contribution dans la science.

    La Serbie a de quoi être fière et ceci sera encore plus évident l’année prochaine. T

    Lire aussi:

    La Serbie sert-elle à contourner l’embargo? Un ministre à Moscou pour dissiper les doutes
    Les MiG-29, cadeau russe à la Serbie, bientôt au service des Forces armées serbes
    Un mémorial dédié aux victimes des bombardements de l’Otan bientôt érigé en Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik