Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Conseil de sécurité d’Etat en Chine : le lien entre le parti et l’Etat

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Une décision de créer un Conseil de la sécurité de l’Etat a été prise lors de la troisième session plénière du Comité central du PCC qui vient de se terminer à Pékin. Cette décision montre les nouveaux défis dans le domaine de la sécurité, auxquels seront confrontés les dirigeants chinois.

    Cet organe devait être créé en Chine dans les années 1990, à l’instar du Conseil national de sécurité des Etats-Unis. Cependant les prédécesseurs de Xi Jinping, Jiang Zemin et Hu Jintao n’ont pas eu la possibilité de mettre en place cet organe, peut-être à cause du manque de volonté politique. Car la décision de créer le Conseil de sécurité de l’Etat implique des remaniements au sein de plusieurs ministères : Affaires étrangères, Intérieur et Défense.

    La complication de la situation politique à l’étranger a favorisé la décision de mettre en place ce conseil. Avec la croissance de l'économie chinoise et l'influence croissante de la Chine dans le monde, des facteurs d’instabilité sont apparus dans la politique étrangère du pays. Ce qui se traduit dans les tensions entre la Chine et d'autres pays, et dans l’augmentation des menaces comme le terrorisme, le trafic de drogue et la criminalité transfrontalière. L’escalade du conflit avec le Japon a montré que les problèmes dans la politique étrangère peuvent avoir comme conséquences des émeutes à l’intérieur du pays. Lors des manifestations antijaponaises de l’automne 2012, la population avait l’impression que la situation échappait au contrôle des autorités.

    Le communiqué du plénum souligne que la Conseil de sécurité de l’Etat a pour objectif « d’améliorer le mécanisme de sécurité et de stratégie nationale dans ce domaine ». La proposition de créer ce conseil est mentionnée tout de suite après les appels à « améliorer le niveau de gouvernance publique »et « créer un système efficace de prévention et de résolution des conflits sociaux ». Cela sous-entend que le travail de la nouvelle structure prévoit notamment la résolution des questions qui concernent la sécurité à l’intérieur du pays.

    Ce n'est un secret pour personne qu’au cours de ces dernières années, la manière des autorités de maintenir l’ordre public a été critiquée par la société. Visant à calmer les conflits aigus, elle n’était pas toujours efficace. Le système actuel a été souvent critiqué pour des méthodes répressives utilisées sans la volonté de la part des forces de l’ordre à comprendre la situation et comprendre ce qui suscite les troubles. Il s’agissait ainsi du mécontentement populaire par rapport aux questions écologiques, la saisie des terres des paysans ou des cas d’abus de pouvoir.

    Cela fait longtemps que les signes de mécontentement populaire sont apparus dans la société chinoise. L’acte terroriste en plein centre de Pékin, sur la place Tiananmen, en est la récente illustration. Le motif précis de la création du Conseil de sécurité de l’Etat n’est pas connu, mais ces exemples illustrent bien les lacunes sérieuses des forces de l’ordre chinois.

    La création de cette nouvelle structure reflète la volonté du parti communiste chinois (PCC) de réformer plus audacieusement le mécanisme de prise de décision qui concerne l'existence même du pouvoir politique en Chine. Un fonctionnaire de haut rang devrait être mis à sa tête, car il supervisera à la fois quatre ministères : le ministère de la Sécurité publique, le ministère de la Sécurité d'Etat, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense. Il n’est pas exclu que ce sera le président du pays Xi Jinping. Probablement, le Conseil de sécurité de l'Etat sera le maillon reliant le parti et l’Etat, avec le même statut que celui octroyé à la Commission militaire centrale. Grâce à ce statut, le conseil pourra entrer en contact plus facilement avec les homologues des autres pays, notamment avec la Russie, où le Conseil de sécurité existe depuis 1992. T


    Lire aussi:

    Une première depuis Mao: Xi Jinping inscrit dans la charte du PCC de son vivant
    La Chine dit être entrée dans une «nouvelle ère» qui lui promet un rôle central
    Xi Jinping amorce une nouvelle ère à la tête de la Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik